LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Rousseau: Nature humaine et situation histor ... Nietzsche, Humain, trop humain, II, opinions ... >>


Partager

Claude Bernard: de la nature du raisonnement expérimental.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Claude Bernard: de la nature du raisonnement expérimental.



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Claude Bernard: de la nature du raisonnement expérimental.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Claude Bernard: de la nature du raisonnement expérimental.



Bernard, dans, ce texte, affirme que les raisonnements de l'expérimentation et de la scolastique sont radicalement opposés. Tout d'abord par leur manière de choisir le point de départ de leur raisonnement; le scolastique partant d'une idée élaborée par l'homme selon lui indubitable, et l'expérimentateur émettant juste une théorie qu'il essaie de justifier....

« Le raisonnement expérimental est précisément l'inverse du raisonnement scolastique. La scolastique veut toujours un point de départ fixe et indubitable, et ne pouvant le trouver ni dans les choses extérieures, ni dans la raison, elle l'emprunte à une source irrationnelle quelconque : telle qu'une révélation, une tradition ou une autorité conventionnelle ou arbitraire. Une fois le point de départ posé, le scolastique ou le systématique en déduit logiquement toutes les conséquences, en invoquant même l'observation ou l'expérience des faits comme arguments quand ils sont en sa faveur (...) Au contraire (...) Toutes les théories qui servent de point de départ au physicien, au chimiste, et à plus forte raison au physiologiste, ne sont vraies que jusqu'à ce qu'on découvre qu'il y a des faits qu'elles ne referment pas ou qui les contredisent. Lorsque ces faits contradictoires se montreront bien solidement établis, loin de se roidir1, comme le scolastique ou le systématique, contre l'expérience, pour sauvegarder son point de départ, l'expérimentateur s'empressera, au contraire, de modifier sa théorie, parce qu'il sait que c'est la seule manière d'avancer et de faire des progrès dans les sciences. L'expérimentateur doute donc toujours, même de son point de départ ; il a l'esprit nécessairement modeste et souple, et accepte la contradiction à la seule condition qu'elle lui soit prouvée. » Claude Bernard (1813-1878) Introduction à la médecine expérimentale (1865)


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1078 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Claude Bernard: de la nature du raisonnement expérimental. " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit