LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Choisissons-nous nos passions ? l'existence passionnée est-elle toujours une ... >>


Partager

Comment expliquez-vous le désir de "remonter aux origines" ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comment expliquez-vous le désir de "remonter aux origines" ?



Publié le : 27/7/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Comment expliquez-vous le désir de
Zoom

         Expliquer signifie en général mettre en évidence les causes d'un phénomène, par opposition au comprendre, qui en cherche le sens ou les raisons. Cependant, l'orientation du sujet permet d'avoir une compréhension élargie du terme expliquer : tout d'abord, le sujet s'adresse à l'élève en personne, « comment expliquez-vous «, par opposition à une adresse anonyme, par exemple « comment peut s'expliquer «. C'est donc, au sens large, des raisons que nous pourrons rechercher, mais aussi, bien entendu, des causes : le choix entre causes et raisons est déjà un moment de la réponse à la question. Prenons un bref exemple pour bien mettre en lumière cette différence : si je demande à quelqu'un pourquoi il pleure, il peut me répondre de deux manières: qu'il est triste, tout d'abord, ce qui est une raison de pleurer, mais aussi que ses glandes lacrymales sont entré dans tel ou tel processus biochimique qui a produit ses larmes. Dans ce dernier cas, il me donne la véritable cause de ses larmes.

         Ce qu'il s'agit d'expliquer est un désir. Qui est le sujet de ce désir? Le sujet de la dissertation ne le précise pas; il nous incombe donc de définir les sujets possibles d'un désir de remonter aux origines. Quel est, d'autre part, l'objet de ce désir? La formulation du sujet est, sur ce point aussi, très vague : de quelles origines s'agit-il : de celles du sujet du désir? De celles d'un groupe plus vaste auquel celui-ci appartiendrait? Sous quel angle, faut-il, de plus, comprendre ce terme d'origine : ontologique, biologique, historique, culturel? Que signifie, enfin, le terme « remonter « appliqué aux origines? Il ne s'agit pas, remarquons-le, d'un retour à l'origine. Le verbe a ici un sens figuré, qui semble plutôt concerner des facultés de connaissance ou de contemplation, mais dont le sens pourra évoluer au cours de la dissertation.

         Ainsi, un caractère fondamental du sujet de la dissertation est son ambiguïté, dû à la polysémie de chaque terme, et à leur tour imagé. Cette ambiguïté doit être mise à profit, d'autant plus que, nous l'avons vu, le sujet s'adresse à l'élève et non à un « on « général ou à un entendement séparé. Comment expliquer un phénomène quand son expression est si équivoque? Il faut montrer dans quelle mesure les différents sens possibles peuvent être articulés, c'est-à-dire aussi unifiés. Le fondement du questionnement devra être le rapport de l'étant[1] à l'origine. Une direction nous est donnée pour interroger ce rapport, un lieu auprès duquel l'interroger : le désir. Nous allons donc être amenés à définir différentes figures du désir, qui éclaireront le rapport de diverses régions de l'étant à l'origine. Le travail d'articulation et d'unification de la polysémie consistera ainsi, concrètement, à en évaluer le sens, l'intérêt, et la primauté relatives, c'est-à-dire à l'ordonner. « Comment expliquez-vous...? « doit donc se comprendre ainsi : « Comment ordonnez-vous et unifiez-vous l'ensemble des désirs de remonter à l'origine? «

         Passons à l'analyse de l'expression « remonter aux origines «. Que signifie le verbe remonter? Il désigne l'acte de parcourir en sens inverse un chemin (au sens propre ou figuré) déjà parcouru. Attention : remonter n'est pas retourner. Un retour à l'origine est la re-création, la ré-actualisation de l'origine, sa seconde incarnation dans l'histoire. Au contraire, « remonter à l'origine « désigne un processus cognitif, déductif; remonter à l'origine, c'est la rendre à toute sa vérité, c'est redécouvrir sa pureté originaire

Le désir est l'expression consciente d'un manque : par le désir on espère de posséder un quelque chose que l'on n'a pas. Ainsi, le désir de remonter aux origines désigne celui de retrouver l'origine et sa vérité, c'est-à-dire depuis un point du temps où le souvenir ou l'authenticité de celle-ci a été perdu. En d'autres termes, un tel désir manifeste le recouvrement, l'opacité de l'origine pour le sujet même du désir. Comment expliquer ce désir? Il a en effet quelque chose de paradoxal : il révèle, pour le sujet du désir, un certain primat de l'origine sur le présent, ou sur le futur. Or, certes, c'est l'origine qui rend le présent possible : mais d'elle au présent, c'est toute l'histoire qui s'écoule. Remonter à l'origine, est-ce comprendre l'histoire et suivre sa marche depuis l'origine, ou est-ce au contraire l'oublier pour saisir ce qui la surplomberait depuis toujours? Ainsi, en dernière instance, ce que le sujet nous invite à expliquer est le rapport de l'origine à ce qui lui succède, l'action du temps sur la vérité de l'origine, et la présence de l'origine, dans le temps, à ce qu'elle a engendré. Si ces rapports n'expliquent pas que l'on désire retourner aux origines, il faudra chercher quelle illusion sur l'origine peut susciter un tel désir.

 



Cette particularité consiste en ceci qui ni le connaissant ni le connu ne sont « présents » ontiquement[2], mais au contraire historiquement, c'est à dire qu'ils ont pour mode d'être l'historicité. Si nous ne faisons de l'histoire que parce que nous sommes nous-mêmes des êtres historiques, cela veut dire que l'historicité du Dasein[3] humain, dans toute sa mobilité, celle du souvenir et de de l'oubli, est la condition de tout rappel de ce qui est passé. [...] Si l'appartenance est une condition du sens originaire de l'intérêt historique, ce n'est pas parce que le choix des termes et le champ d'interrogation seraient soumis à des motivations subjectives et extra-scientifiques (l'appartenance ne serait alors qu'un cas spécial de dépendance émotive de l'ordre de la sympathie), mais parce que l'appartenance à des traditions relève aussi originairement et essentiellement de la finitude historique du Dasein que son être-projeté vers des possibilités futures de son être. »   Gadamer présente ici le sens de son concept d'appartenance. Il énonce avec lui un principe universel de compréhension pour les êtres de l'histoire. En insistant sur le fait que l'historicité est leur mode d'être, il veut souligner que tout connaissance dans l'histoire est aussi une connaissance déterminée par l'histoire. Aussi, comprendre un phénomène, une idée ou une expression (c'est l'exemple du texte) c'est comprendre en eux quelque chose de soi-même. L'appartenance est la marque de la finitude historique signifie que, dans l'histoire, la vérité et, plus généralement, le sens, ne peuvent apparaître que dans le faisceau de l'appartenance. Celle-ci est appartenance à une langue, à une histoire, à des traditions, etc.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2967 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Comment expliquez-vous le désir de "remonter aux origines" ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit