NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Scène III - Acte I - Mithridate de Racine (co ... Le Misanthrope, de Molière. Acte III — ... >>


Partager

Commentaire: Molière, Tartuffe, Acte I, scène 2

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentaire: Molière, Tartuffe, Acte I, scène 2



Publié le : 15/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Commentaire: Molière, Tartuffe, Acte I, scène 2
Zoom

Réplique de Dorine à Gléante :
 
 « Oh tout cela n'est rien au prix du fils
 
 ... jusque au diable. «
 
 Les circonstances :
 
 La famille d'Orgon est en état d'insurrection sourde, qui va bientôt se transformer en guerre ouverte entre les amis et les ennemis de Tartuffe. Mme Pernelle, d'un ton de majestueuse autorité, vient de s'élever hautement contre l'hostilité dont Tartuffe est l'objet, et veut imposer son culte à toute la famille. Confiante en sa perspicacité, elle pense que le raidissement contre la dictature de Tartuffe vient de la complaisance pour le péché, dont Tartuffe veut abolir le règne.
 
 Dorine, qui va prendre la tête de la coalition, répond à Dorante, qui déplore l'aberration de Mme Pernelle, en lui prouvant qu'Orgon la distance en déraison.
  



DORINE. Oh ! vraiment tout cela n'est rien au prix du fils, Et si vous l'aviez vu, vous diriez : «C'est bien pis !« Nos troubles l'avoient mis sur le pied d'homme sage, Et pour servir son prince il montra du courage ; Mais il est devenu comme un homme hébété, Depuis que de Tartuffe on le voit entêté ; Il l'appelle son frère, et l'aime dans son âme Cent fois plus qu'il ne fait mère, fils, fille et femme. C'est de tous ses secrets l'unique confident, Et de ses actions le directeur prudent ; Il le choie, il l'embrasse, et pour une maîtresse On ne sauroit, je pense, avoir plus de tendresse ; A table, au plus haut bout il veut qu'il soit assis ; Avec joie il l'y voit manger autant que six ; Les bons morceaux de tout, il faut qu'on les lui cède ; Et s'il vient à roter, il lui dit : «Dieu vous aide !« [C'est une servante qui parle.] Enfin il en est fou ; c'est son tout, son héros ; Il l'admire à tous coups, le cite à tout propos ; Ses moindres actions lui semblent des miracles, Et tous les mots qu'il dit sont pour lui des oracles. Lui, qui connoît sa dupe et qui veut en jouir, Par cent dehors fardés a l'art de l'éblouir ; Son cagotisme en tire à toute heure des sommes, Et prend droit de gloser sur tous tant que nous sommes. Il n'est pas jusqu'au fat qui lui sert de garçon Qui ne se mêle aussi de nous faire leçon ; Il vient nous sermonner avec des yeux farouches, Et jeter nos rubans, notre rouge et nos mouches. Le traître, l'autre jour, nous rompit de ses mains Un mouchoir qu'il trouva dans une Fleur des Saints, Disant que nous mêlions, par un crime effroyable, Avec la sainteté les parures du diable.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1777 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire: Molière, Tartuffe, Acte I, scène 2" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit