Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'incipit de La Condition humaine de Malraux L'art de la fable de ESOPE à LA FONTAINE >>


Partager

Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine



document rémunéré

Document transmis par : henri37831


Publié le : 1/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine
Zoom

Katow est prisonnier, avec d'autres communistes, des troupes de Tchang Kai-Chek dans le préau d'une école. Kyo, son ancien compagnon, vient de se suicider. Dans ce passage, Katow fait don de son cyanure à deux jeunes Chinois. Il s'agit d'une scène intense, ordonnée comme un spectacle et destinée à frapper l'esprit du lecteur.



Malgré la rumeur, malgré tous ces hommes qui avaient combattu comme lui, Katow était seul, seul entre le corps de son ami mort et ses deux compagnons épouvantés, seul entre ce mur et ce sifflet perdu dans la nuit. Mais un homme pouvait être plus fort que cette solitude et même, peut-être, que ce sifflet atroce : la peur luttait en lui contre la plus terrible tentation de sa vie. Il ouvrit à son tour la boucle de sa ceinture. Enfin : - Hé là, dit-il à voix très basse. Souen, pose ta main sur ma poitrine, et prends dès que je la toucherai : je vais vous donner mon cyanure. Il n'y en absolument que pour deux. Il avait renoncé à tout, sauf à dire qu'il n'y en avait que pour deux. Couché sur le côté, il brisa le cyanure en deux. Les gardes masquaient la lumière qui les entourait d'une auréole trouble ; mais n'allaient-ils pas bouger ? Impossible de voir quoi que ce fût ; ce don de plus que sa vie, Katow le faisait à cette main chaude qui reposait sur lui, pas même à des corps, pas même à des voix. Elle se crispa comme un animal, se sépara de lui aussitôt. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine Corrigé de 1147 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine" a obtenu la note de : aucune note

Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit