NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentez ce mot d'AMIEL : «L'homme n'est qu ... Connaissez-vous Renée DESCARTES ? >>


Partager

Commenter ce texte de Poincaré : « La foi du savant ne ressemble pas à celle que les orthodoxes puisent dans le besoin de certitude. Il ne faut pas croire que l'amour de la vérité se confonde avec l'amour de la certitude [...]; non, la foi du savant ressemblerait plutôt à la foi inquiète de l'hérétique, à celle qui cherche toujours et qui n'est jamais satisfaite.»

Philosophie

Aperçu du corrigé : Commenter ce texte de Poincaré : « La foi du savant ne ressemble pas à celle que les orthodoxes puisent dans le besoin de certitude. Il ne faut pas croire que l'amour de la vérité se confonde avec l'amour de la certitude [...]; non, la foi du savant ressemblerait plutôt à la foi inquiète de l'hérétique, à celle qui cherche toujours et qui n'est jamais satisfaite.»



Publié le : 4/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Commenter ce texte de Poincaré : « La foi du savant ne ressemble pas à celle que les orthodoxes puisent dans le besoin de certitude. Il ne faut pas croire que l'amour de la vérité se confonde avec l'amour de la certitude [...]; non, la foi du savant ressemblerait plutôt à la foi inquiète de l'hérétique, à celle qui cherche toujours et qui n'est jamais satisfaite.»
Zoom

  • INTRODUCTION

Les étonnants progrès réalisés par la science moderne dès le milieu du XIXe siècle ont engendré de grands espoirs. En énonçant la loi des trois états, Auguste Comte voulait dire que les explications scientifiques devaient désormais se substituer dans tout domaine aux explications théologiques et métaphysiques. Et nombreux sont ceux qui ont pensé qu'on pourrait trouver une solution positive à tous les problèmes que se pose l'homme, aussi bien sur le plan pratique que dans l'ordre spéculatif. On appelle scientisme cette attitude qui consiste à faire confiance à la science et à croire qu'elle satisfait entièrement le besoin humain de vérité et de certitude. Mais il n'est pas sûr que cette attitude soit celle des savants eux-mêmes et la foi que les savants ont dans la science, telle que la définit Poincaré, est sans doute assez différente de cette foi naïve que professent ceux qui ne connaissent de la science que ses résultats.

  • I. D'UNE FOI ANTISCIENTIFIQUE DANS LA SCIENCE

- A - Le besoin de certitude.

Valéry disait que la passion d'avoir raison est peut-être l'une des plus puissantes passions humaines. Ne va-t-elle pas, en effet, jusqu'à l'extermination de l'adversaire comme en témoigne un des sens populaires de l'expression «avoir raison« (avoir raison de quelqu'un). C'est que l'homme a besoin d'être certain et qu'il supporte mal tout ce qui pourrait le faire douter de ces certitudes. Ce besoin de certitude est évidemment lié à la nature même de l'intelligence dont la fonction essentielle est la recherche de la vérité. Il s'explique aussi par les nécessités de l'action : l'irrésolution, comme le remarquait Descartes, est le plus grand des maux; il est difficile de s'engager dans quelque entreprise sans être certain de la légitimité et de l'efficacité de son action. Enfin, le besoin de croire a dans l'homme des racines affectives car nos croyances répondent toujours à nos sentiments et à nos passions: «Ce que le désir engendre, notait Valéry, est toujours ce qu'il y a de plus clair«. Il ne faut donc pas s'étonner que l'homme cherche avidement quelque chose qu'il puisse croire, dont il puisse être certain.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1634 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Commenter ce texte de Poincaré : « La foi du savant ne ressemble pas à celle que les orthodoxes puisent dans le besoin de certitude. Il ne faut pas croire que l'amour de la vérité se confonde avec l'amour de la certitude [...]; non, la foi du savant ressemblerait plutôt à la foi inquiète de l'hérétique, à celle qui cherche toujours et qui n'est jamais satisfaite.»" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit