La connaissance de l'histoire nous aide t-elle ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La connaissance de la nature peut-elle nous ... La connaissance de l'histoire permet elle de ... >>


Partager

La connaissance de l'histoire nous aide t-elle ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La connaissance de l'histoire nous aide t-elle ?



Publié le : 22/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La connaissance de l'histoire nous aide t-elle	?
Zoom

L’histoire est omniprésente dans nos vie : sous forme de monuments, de jours fériés et de commémorations diverses. Enseignée à l’école dès les premières années de formation et jusqu’au baccalauréat, on estime qu’elle fait partie de ces connaissances fondamentales qu’un citoyen doit avoir en sa possession. Mais à quoi servent au juste les connaissances historiques ? Sont-elles des connaissances gratuites, qu’il faut acquérir pour satisfaire une soif de connaissance présente en chacun de nous, ou nous aident-elles vraiment ? On peut considérer qu’elles nous aident dans la mesure où elles nous permettent de comprendre d’où l’on vient, ce qu’ont vécus nos ancêtres et pourquoi certains faits sont ainsi. Impossible en effet de saisir l’essence de la Constitution française et le principe de ses institutions si l’on n’en connait pas le berceau. Mais il peut sembler problématique de sous-entendre que le présent ne se comprend qu’à la lumière du passé. En effet, celui qui ne voit dans le présent que les conséquences du passé peut aussi être doté d’une véritable cécité par rapport au présent. La connaissance de l’histoire nous aide-t-elle véritablement, a-t-elle une utilité présente, ou est-elle au contraire un obstacle à la compréhension du présent comme présent ?



HISTOIRE


Gén. Terme équivoque qui désigne à la fois le récit du passé humain, et la réalité historique elle-même, le cours des événements. En ce dernier sens, l'histoire se distingue de la simple évolution car elle suppose plus qu'un changement. Un arbre, par ex., peut croître ou un papillon se métamorphoser, mais ils n'ont pas d'histoire dans la mesure où l'histoire suppose la conscience d'un changement et la possibilité, pour celui qui change, de se représenter la finalité de son évolution en faisant du présent le sens du passé et du futur le sens du présent. Quant au récit, il cesse d'être légendaire pour devenir scientifique dès lors qu'il veut expliquer et non plus simplement raconter en se contentant de recueillir des anecdotes pittoresques.
Phi. Les philosophies de l'Histoire posent la question du but poursuivi par les hommes dans l'Histoire, et postulent en même temps que l'Histoire des hommes est celle de leur liberté. Or, si la connaissance du but permet en retour de comprendre la cohérence du processus historique, il semble bien difficile de concilier le double postulat de la rationalité historique et du développement de la liberté. Telle est l'aporie sur laquelle achoppe toute philosophie de l'Histoire. En effet, s'il est possible de dégager par avance une cohérence historique, alors tout se passe comme si l'Histoire était déjà faite, de sorte que l'idée même de liberté humaine se trouve niée. A l'inverse, si l'on suppose que les hommes sont libres, alors il est impossible de saisir le sens d'une Histoire que les hommes font « sans savoir l'histoire qu'ils font » (R. Aron).

CONNAISSANCE (lat. cognoscere, chercher à savoir)


Le terme de connaissance désigne d'abord l'acte par lequel la pensée s'efforce de saisir et de définir un objet qui se présente à elle. Il désigne ensuite le savoir résultant de cette action. On oppose principalement croyance et connaissance, non par le degré de certitude éprouvé soit par le sujet qui croit, soit par le sujet qui connaît, mais par le fait que la croyance n'est pas nécessairement fondée en raison, autrement dit n'implique pas nécessairement l'idée de vérité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	La connaissance de l'histoire nous aide t-elle	? Corrigé de 1668 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La connaissance de l'histoire nous aide t-elle ?" a obtenu la note de : aucune note

La connaissance de l'histoire nous aide t-elle ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit