La conscience et l'inconscience

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-ce dans le loisir ou dans le travail que ... la démocratie et le developpement vont ils de ... >>


Partager

La conscience et l'inconscience

Echange

Aperçu du corrigé : La conscience et l'inconscience



Document transmis par : pocpoc


Publié le : 15/10/2011 -Format: Document en format HTML protégé

La conscience et l'inconscience
Zoom

3.La question qui suis-je admet-elle une r&eacute;ponse exacte&nbsp;?

La premi&egrave;re r&eacute;ponse que l&rsquo;on site fr&eacute;quemment c&rsquo;est son nom et son pr&eacute;nom. Cependant cela reste insuffisant&nbsp; d&rsquo;autre porte le m&ecirc;me nom et pr&eacute;nom que moi mais ils ne sont pas moi. De&nbsp; mani&egrave;re g&eacute;n&eacute;rale cette identit&eacute; est purement administrative. De la m&ecirc;me fa&ccedil;on notre num&eacute;ro de s&eacute;cu, notre num&eacute;ro de carte d&rsquo;identit&eacute;, etc. .. ne peuvent pas d&eacute;signer notre identit&eacute;. On peut aussi r&eacute;pondre par notre profession ou encore par notre culture. Mais ces r&eacute;ponses restent encore insuffisantes m&ecirc;me si pour beaucoup la culture influence et d&eacute;termine l&rsquo;identit&eacute; naturelle.&nbsp; On pourrait pour mettre fin &agrave; cette impr&eacute;cision dire quels sont nos go&ucirc;ts et nos traits dominants.&nbsp; Cependant m&ecirc;me ici ce qu&rsquo;on &eacute;nonce peut-&ecirc;tre &eacute;loign&eacute; de notre identit&eacute;.&nbsp; En effet nos go&ucirc;ts et nos traits de caract&egrave;res sont d&eacute;termin&eacute;s par nos rapports sociaux. Par cons&eacute;quent il est possible que tout en &eacute;tant sinc&egrave;re on puisse se tromper sur soit m&ecirc;me. Supposons tout de m&ecirc;me que cette r&eacute;ponse refl&egrave;te parfaitement ce que je suis et me diff&eacute;rencie des autres. Il est impossible de rester d&eacute;finitivement avec la m&ecirc;me personnalit&eacute;, tout homme change constamment et se d&eacute;finit toujours provisoirement. La question qui suis-je admet donc une r&eacute;ponse assez exacte mais sans aucune solidit&eacute; dans le temps. D&rsquo;ailleurs l&rsquo;enfant que j&rsquo;ai &eacute;t&eacute; na&iuml;f, et insouciant me d&eacute;finissaient mais ne correspond plus a ce que je suis adulte et le vieillard que je serais aura n&eacute;cessairement une autre personnalit&eacute; que la mienne actuellement. On peut m&ecirc;me avec Pascal affirmer que la question qui suis-je n&rsquo;admet en r&eacute;alit&eacute; aucune v&eacute;ritable r&eacute;ponse. Il prend pour d&eacute;montrer sa th&egrave;se l&rsquo;exemple de l&rsquo;amour. Celui qui aime quelqu&rsquo;un a cause de sa beaut&eacute; l&rsquo;aime-t-il vraiment&nbsp;? La r&eacute;ponse est non car s&rsquo;il s&rsquo;enlaidie cette personne perdra la beaut&eacute; mais elle reste elle-m&ecirc;me. D&rsquo;un autre cot&eacute; la beaut&eacute; est une qualit&eacute; physique qui peut ne refl&eacute;ter qu&rsquo;une partie de notre identit&eacute;. La grande part de notre identit&eacute; r&eacute;side dans nos qualit&eacute;s morales donc supposons qu&rsquo;une personne aime quelqu&rsquo;un pour son intelligence, sa gentillesse ou autre qualit&eacute;, cette personne peut perdre ses qualit&eacute;s morales tout en restant elle-m&ecirc;me. Par cons&eacute;quent quand on aime quelqu&rsquo;un qui aime-t-on vraiment&nbsp;? En r&eacute;alit&eacute; quand on aime quelqu&rsquo;un&nbsp; on ne l&rsquo;aime jamais lui vraiment mais seulement un ensemble de qualit&eacute; que l&rsquo;on appr&eacute;cie c&rsquo;est pour cela que les amours dur rarement car nous ne gardons jamais tr&egrave;s longtemps cette ensemble de qualit&eacute; physique et moral pour lesquels on nous aime. On peut donc avec Pascal se demander se qu&rsquo;est un homme en dehors de toute ses qualit&eacute;s physique et morale n&rsquo;est strictement rien&nbsp;et pourtant sa v&eacute;ritable identit&eacute; ne peut apparaitre qu&rsquo;une fois toutes ses qualit&eacute;s enlev&eacute; cela veut donc dire que l&rsquo;identit&eacute; n&rsquo;existe pas, n&rsquo;est qu&rsquo;une illusion. Cette identit&eacute; qui est &agrave; la fois impossible de caract&eacute;riser vraiment est d&eacute;sign&eacute;e par Pascal par le terme de substance. L&rsquo;identit&eacute; est donc un concept abstrait, une sorte de point autour duquel gravit&eacute; les qualit&eacute;s mais qui en lui-m&ecirc;me ne peut &ecirc;tre caract&eacute;ris&eacute;. C&rsquo;est la v&eacute;ritable r&eacute;ponse &agrave; la question qui suis-je&nbsp;? Cependant il ne faut pas confondre la question qui suis-je&nbsp; avec la question que suis-je. Si l&rsquo;identit&eacute; peut se r&eacute;duire &agrave; une substance, cette substance est commune a tout les hommes. Elle est ce que tous les hommes sont. Mais chercher a savoir qui je suis demande de connaitre l&rsquo;identit&eacute; individuelle. Cette identit&eacute; exige qu&rsquo;on tienne comte des qualit&eacute;s. Par cons&eacute;quent l&rsquo;identit&eacute; d&rsquo;un homme n&rsquo;est qu&rsquo;un ensemble d&rsquo;approximation provisoire jamais une connaissance parfaite et exacte.

&nbsp;

&nbsp;4.Est-ce dans la solitude que l&rsquo;on prend conscience de soi&nbsp;?

Prendre conscience de soi c&rsquo;est se connaitre soit m&ecirc;me. La question telle qu&rsquo;elle est formul&eacute; sous entend qu&rsquo;on se demande si la solitude entendu comme mise a l&rsquo;&eacute;cart d&rsquo;autrui &eacute;loignement a l&rsquo;&eacute;cart d&rsquo;autrui peut-&ecirc;tre le meilleur moyen de se connaitre soi-m&ecirc;me.&nbsp; Ce qui pourrait justifier cette question c&rsquo;est la difficult&eacute; de se connaitre quand on vit avec les autres. La vie sociale exige de toujours porter son attention vers l&rsquo;ext&eacute;rieur. Elle est une sorte de rapport toujours mouvement&eacute; qui nous emp&ecirc;che le repos c&rsquo;est d&rsquo;ailleurs pourquoi m&ecirc;me les plus extravertis appr&eacute;cient les moments ou ils se retrouvent seul avec eux-m&ecirc;mes. Il s&rsquo;agit d&rsquo;un repos qui permet de faire le point. La solitude pr&eacute;sente l&rsquo;avantage de pouvoir permettre de r&eacute;fl&eacute;chir comme si la vie social nous l&rsquo;interdisait. En r&eacute;alit&eacute; c&rsquo;est la r&eacute;flexion sur soi m&ecirc;me que la soci&eacute;t&eacute; emp&ecirc;che. Ce qui signifie qu&rsquo;en soci&eacute;t&eacute; la conscience est essentiellement tourn&eacute;e vers autrui, dans la solitude est tourn&eacute; vers elle-m&ecirc;me. La vie social influence le rapport &agrave; soi. Nous avons tous un r&ocirc;le social que nous jouons et qui ne correspond sans doute pas a ce que nous sommes vraiment. Alors que la solitude ne nous impose aucun r&ocirc;le. Selon Aristote l&rsquo;homme est un animal&nbsp; politique, il ajoute qu&rsquo;au dehors de la soci&eacute;t&eacute; l&rsquo;homme perd son humanit&eacute; pour devenir un animal. Les facult&eacute;s humaines comme la raison le langage, la justice ou la morale seraient endormie et jamais susceptible de se d&eacute;velopper en dehors de la soci&eacute;t&eacute;. Cela contredit l&rsquo;id&eacute;e que la solitude serait b&eacute;n&eacute;fique &agrave; contraire pour Aristote la solitude d&eacute;shumanise. Nous connaissons tous le personnage de roman Robinson Cruso&eacute; qui au moment de son naufrage est tr&egrave;s heureux de se d&eacute;barrasser de tous les inconv&eacute;nients pourtant apr&egrave;s plusieurs ann&eacute;es sur son &icirc;le d&eacute;serte la solitude finit par sombrer dans la folie et n&rsquo;esp&egrave;re qu&rsquo;une chose rencontrer un &ecirc;tre humain avant de mourir. La solitude quand elle prend des proportions d&eacute;mesur&eacute; nous fait perdre toutes consciences de nous m&ecirc;me. Cela veut dire que la solitude ne permet la connaissance de soi qu&rsquo;a la condition de pouvoir a tout moment retourner a la vie sociale. Lorsque Robinson d&eacute;sesp&eacute;rer et fou, d&eacute;couvre sur la plage une empreinte de pas qui n&rsquo;est pas la sienne il subit un choc, ce choc c&rsquo;est celui d&rsquo;un retour brusque a la vie social. Ce choc laisse place a un bonheur immense. Il y a deux aspects de la solitude correspondant a deux aspects de la vie social, la solitude exag&eacute;r&eacute; et d&eacute;s&eacute;quilibr&eacute; qui correspond a la vie sociale exag&eacute;r&eacute; et d&eacute;s&eacute;quilibr&eacute;. L&rsquo;autre solitude qui est provisoire, intelligente et qui correspond a une vie social &eacute;quilibr&eacute; et raisonnable. Cela veut dire que la prise de conscience de soi n&eacute;cessite toute &agrave; la fois la solitude et la vie sociale &agrave; condition d&rsquo;une alternance entre solitude et vie sociale. &Ecirc;tre seul peut-&ecirc;tre per&ccedil;u &eacute;galement comme un manque de relation social alors m&ecirc;me que nous vivons dans la soci&eacute;t&eacute;. C&rsquo;est la solitude psychologique, il y a qu&rsquo;en ce type de solitude appara&icirc;t non pas une meilleure connaissance de soi mais au contraire le risque de finir par se d&eacute;tourner des autres.

&nbsp;

&nbsp;B- Le Congito Cart&eacute;sien

L&rsquo;adjectif cart&eacute;sien fait r&eacute;f&eacute;rence au philosophe Descartes ( 1596-1650 ). En plus d&rsquo;&ecirc;tre philosophe il est aussi math&eacute;maticien, astronome, m&eacute;decin. Il a &eacute;crit un livre les dioptriques dans lequel il fait avanc&eacute; de fa&ccedil;on spectaculaire la connaissance de la nature de la lumi&egrave;re et aussi en &eacute;non&ccedil;ant les m&ecirc;mes th&egrave;ses que Galil&eacute;e concernant l&rsquo;h&eacute;liocentrisme. Descartes est le premier dans l&rsquo;histoire de la philosophie a mettre en &eacute;vidence la fondation par le sujet individuel de toute les connaissances individuel. Descartes &eacute;nonce la v&eacute;rit&eacute; premi&egrave;re et fondamentale que l&rsquo;homme se d&eacute;finit comme une pens&eacute;e il le fait dans une philosophie solipsisme c&rsquo;est-&agrave;-dire solitaire. Descartes a &eacute;crit deux livres majeures Discourt de la m&eacute;thode et M&eacute;ditation M&eacute;taphysique. Descartes vers l&rsquo;&acirc;ge de 40 ans, d&eacute;cide d&rsquo;entreprendre un projet in&eac...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "La conscience et l'inconscience" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

La conscience et l'inconscience

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit