NoCopy.net

Corse : vingt-cinq ans de violences

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La situation économique de Cuba est désastreu ... Le gouvernement veut lutter contre la fraude ... >>


Partager

Corse : vingt-cinq ans de violences

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Corse : vingt-cinq ans de violences



Format: Document en format HTML protégé

Corse : vingt-cinq ans de violences
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Corse : vingt-cinq ans de violences




6 février 1998 - Depuis ce qu'on a appelé "le tournant d'Aleria", en 1975, qui marque le début de près de vingt-cinq années de violences en Corse, plusieurs morts d'hommes ont été enregistrées. Mais l'assassinat de Claude Erignac, préfet de la région Corse, marque une escalade : c'est la première fois qu'un fonctionnaire de ce rang, premier représentant de l'Etat dans l'île, est assassiné. Les deux premiers serviteurs de l'Etat morts en Corse pendant cette période ont été deux gendarmes mobiles, tués le 22 août 1975 pendant l'assaut contre la cave d'Aleria, occupée par les militants régionalistes de l'ARC (alors mouvement des frères Simeoni), pour dénoncer le scandale des vins frelatés. Ces événements entraînent des émeutes à Bastia, les 27 et 28 août 1975, au cours desquelles un CRS est tué. La radicalisation d'une partie des jeunes militants corses débouche, dès 1976, sur la création du Front de libération nationale corse (FLNC). Par la suite, plusieurs militaires ou membres des forces de l'ordre ont été victimes d'attentats. Dans la nuit du 11 au 12 février 1982, alors que le Parlement vient d'adopter le premier statut particulier de la Corse, un légionnaire est tué et deux autres sont blessés par le FLNC, dissous le 5 janvier 1983. Le 2 décembre 1984, un CRS est tué à Bastia. L'assassinat est revendiqué par le FLNC. Le 4 août 1987, c'est un gendarme qui tombe. Enfin, le 8 mars 1988, un commando de quatre hommes tue un gendarme. Trois jours après, un autre est sauvé par son gilet pare-balles. En dehors des attaques contre les forces de l'ordre, les années 80 sont marquées par plusieurs assassinats, liés de près ou de loin au nationalisme. Le 9 février 1983, un coiffeur, André Schoch, qui avait refusé de se soumettre au racket, est tué. Le 17 juin de la même année, Guy Orsoni, militant nationaliste et frère d'Alain Orsoni aujourd'hui dirigeant du Mouvement pour l'autodétermination (MPA) est enlevé et assassiné. Les deux responsables présumés, Jean-Marc Leccia et Salvatore Contini, sont à leur tour abattus à la maison d'arrêt d'Ajaccio, le 7 juin 1984, par un commando du FLNC. Affaires non élucidées Le 13 septembre 1983, Pierre-Jean Massimi, secrétaire général du département de la Haute-Corse, est tué...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Corse : vingt-cinq ans de violences" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Corse : vingt-cinq ans de violences

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit