NoCopy.net

Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Crépuscule D'Apollinaire Croyez Vous Qu'Une Bonne Histoire Est Celle Q ... >>


Partager

Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO

Echange

Aperçu du corrigé : Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO



Document transmis par : Julien17229


Publié le : 16/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO
Zoom

   Cet extrait se situe lors de la scène XIV de l'acte 5 autrement dit lors de la scène finale de la pièce. Cet acte s'intitule « Les ouvriers «, il débute sur les préparatifs de la place et du trône réalisés par les ouvriers et est consacré au couronnement de Cromwell. Concernant le décors, on se trouve dans la grande salle de Westminster avec une effusion de richesses. Dans la scène qui précède l'extrait, Carr entre sur ordre de Cromwell. Ce dernier l'informe de sa mise en liberté après avoir déjà gracié la totalité des conjurés mais Carr par le biais d'une très longue tirade refuse cette faveur. C'est sur la fin de cette tirade que débute notre extrait. Presque tous les personnages de la pièce sont réunis pour assister au couronnement lors de cette scène finale qui arrive comme une conclusion très attendue par le lecteur et qui repond à cette question qui se dessine en filigramme tout au long de l'oeuvre : Cromwell va-t-il mourir ? En effet nous sommes préparés depuis le commencement à la mort du protecteur par l'illustration des nombreuses conspirations cependant la chute est un véritable effet de surprise car Cromwell ne meurt pas et gagne même une popularité auprès du peuple sans précédent. Lors de la scène XII Cromwell a déjà surpris le lecteur et tous les personnages en refusant la couronne et le titre de roi (p.453). La situation est completement retournée et Cromwell revêt un nouveau visage de parfait manipulateur à un degré encore jamais incarné dans l'oeuvre. Concernant les mouvements de cet extrait nous irons du vers 6378 à 6387 de « Fait donc taire ta meute « à « Carr est le seul de nous qui soit homme « pour le premier mouvement qui montre Carr comme seul détenteur de la vérité puis du vers 6388 à 6402 de « Hosannah ! « à « La Tamise a reçu le furieux apôtre. « pour le second mouvement qui illustre la pulsion assassine de Syndercomb qui se retourne contre lui. Enfin le troisième mouvement se situe du vers 6403 à la fin de « La clémence est, au fait, un moyen comme un autre. « à « Quand donc serais-je roi ? « et montre la performance de Cromwell entre réussite et échec. Quant aux axes nous étuidierons le réseau métaphorique de la religion puis l'esthétique du renversement à l'oeuvre dans cet extrait étroitement lié avec le rôle de l'Histoire dans le drame et la figure de Cromwell élevé au rang de personnage sublime.

 

     Notre premier mouvement s'ouvre au vers 6378 en plein milieu d'un tirade emportée de Carr qui est interrompu par les rires et les moqueries de la foule. C'est donc agaçé que celui-ci reprend la parole en utilisant une métaphore pour qualifier le peuple : « Fais donc taire ta meute ! «. Ici le peuple est assimilé à une meute donc à des chiens asservi ce qui amène l'idée péjorative de dominance et de pouvoir que détiens Cromwell. La suite du vers se poursuit en un contre-rejet externe « En mon cachot peut-être « suivi de « Je suis le seul Anglais dont tu ne sois pas maître; «. Le motif de l'emprisonnement sera très souvent évoqué dans le premier mouvement puisque Carr y était enfermé et désire y retourner. Le pronom possessif « mon « montre que Carr s'est approprié l'endroit où il est censé avoir été mis de force. Il est maitre de sa situation en opposition avec Cromwell qui est maitre de tout un peuple. « Je suis le seul « insiste sur l'individualisme de Carr. La force de la première personne du singulier ajoutée à l'adjectif « seul « insiste sur la solitude en s'opposant à l'idée collective de « meute «. Le « maître « peut aussi renvoyer à la « meute « comme dominateur. Ici la majuscule à « Anglais « n'est pas signicative car c'est ce qui est d'usage lorsque le nom ou attribut désigne une personne au moyen de sa nationalité. Au vers 6380 : « Oui, le seul libre ! - Là je te maudis Cromwell; « l'adjectif « seul « est repris et affirmer avec l'adverbe « oui « (mot très court et significatif). On a encore ici l'idée de marginalisation de Carr qui est un personnage avec ses propres valeurs et sur lesquelles il est intransigeant. L'autre adverbe « Là « lui aussi en une seule syllabe rend le discours de Carr très percutant et en l'inscrivant dans la mémoire. En effet, le rythme est saccadé : 1 + 4 + 1 / 4 + 2 et restitue le discours comme oral et vivant. L'adverbe prend la signification d'ici, maintenant. Carr maudit Cromwell, il s'inscrit contre lui. Au vers suivant : « Là, tous deux je nous offre en holocauste au ciel. «, on a ici une reprise de l'adverbe « Là « qui temporise et inscrit le discours dans le moment présent. Ici c'est encore Carr qui agit, il n'est pas passif : « tous deux je nous offre «. L'holocauste est un sacrifice religieux où la victime était brulée chez les hébreux. Le premier hémistiche de l'alexandrin est construit sur un rythme croissant (1+2+3) qui pourrait mimer le mouvement d'ascension vers le ciel. L'emploi du pronom « nous « met Carr et Cromwell sur un même pied d'égalité. On peut étudier les deux vers suivants ensemble avec la reprise anaphorique exclamative en tête de vers du groupe nominale « ma prison ! « qui revient et insite sur l'idée de possession de Carr et qui détourne la vision habituellement contraignante de la prison. Carr refuse donc de s'en échapper et invoque des lois pour raisonner Cromwell même si celles ci ne vont pas dans le sens de sa religion. C'est ce que traduisent les adjectifs « mondains «, « profanes « et « corrompus « qui cultivent l'idée d'hérésie. Au vers 6385 : « J'y retourne en vertu de l'habeas corpus «, la notion d'habeas corpus désigne un mandat et énonce la liberté de ne pas être emprisonné sans jugement. En vertu de cette loi, toute personne arretée a le droit de savoir pourquoi elle est arretée. Ici carr se sert donc de cette loi en la détournant puisqu'il cherche à mettre Cromwell devant les faits accomplis, il est bien coupable de complot et de trahison et doit être remit en prison. « J'y retourne « montre encore qu'il s'agit d'un choix indiscutable de Carr avec l'emploi du présent. Cromwell intervient au vers suivant (6386) « A votre aise ! Il invoque un bill que rien n'abroge «, on décèle une pointe de moquerie avec l'usage de « A votre aise « l'expression indéfinie qui signifie « comme bon vous semble «. La notion de « bill « provient de la déclaration des droits, en anglais : « Bill of rights « imposée en 1689 aux souverains d'angleterre. « Bill « signifie donc un droit et ici, que rien n'abroge c'est-à-dire que personne ne peut remettre en question. Cromwell se félicite donc des volontés de Carr qui se punie tout seul et le tourne en dérision. Le fou Trick s'exprime lors de la réplique suivante intervenant depuis la tribune des fous : « Sa prison ! il se trompe / il veut dire sa loge. «. Ici on note une reprise du substantif « prison « à cela près que l'anaphore varie en changeant de pronom possessif qui devient « sa «. Le bouffon utilise la métaphore du théatre en intervertissant « loge « et « prison «, on observe d'ailleurs le chiasme qui insiste stylistiquement sur cet échange de point de vue. On peut y voir par mise en abime la notion de « théatre mundi « selon laquelle l'univers est déjà une pièce de théatre. Par « loge « le fou entend qu'il s'agit d'un poste pour observer la scène qui se joue, il atteste donc avec sous-entendu que Carr n'est pas dupe des agissements de Cromwell. Cependant le vers peut aussi prendre la forme d'une raillerie car si Carr a compris ce q...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO" a obtenu la note de : aucune note

Cromwell - Scene 14 Acte V - 5 de Victor HUGO

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit