LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La culture générale vous parait-elle etre la ... La culture nous arrache-t-elle à la nature ... >>


Partager

La culture met-elle fin a la cruauté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La culture met-elle fin a la cruauté ?



Publié le : 28/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La culture met-elle fin a la cruauté 	?
Zoom

Dans un sens général, le terme de culture vient du latin  colere  qui signifie « mettre en valeur «. Il peut s’utiliser pour un champs ou pour un esprit. On peut en effet parler de la culture d’un champ. Quel rapport cela peut-il avoir avec la culture humaine ? Cela peut-il nous éclairer notre propos ? . Il y a donc entre le sol cultivé et celui qui ne l’est pas une différence de production qui est due à l’intervention humaine. Dans le premier cas, l’agriculteur intervient pour semer ce qu’il veut récolter alors que dans une terre non cultivée, c’est le hasard de la nature qui fait pousser quelque chose. Il y aurait donc chez l’homme une opposition entre nature et culture. Le terme « culture « est en effet généralement employé pour distinguer l’homme du reste de la nature et évoquer tous les artefacts et productions de l’homme qui l’éloigne de la bestialité. De ce fait aussi, la culture est reliée à la civilisation et à la société. Pour beaucoup de philosophes, tels Hobbes ou Rousseau, c’est l’entrée en société qui a mis fin à l’état de nature pour l’homme et qui donc est à la base de la culture. Dans cette optique, la culture désigne l'ensemble de normes, d'habitudes, de mythes, de pratiques qui a cours dans une société. Nietzsche voyait ainsi la culture comme « l’unité du style artistique dans toutes les manifestations vitales d’un peuple « et Hegel caractérisait la culture par l’expression de l’Esprit. Il y aurait donc dans la culture les manifestations spirituelles d’un peuple qui se détachent de la nature. Or, il semble dans un premier temps que la civilisation tente de sortir de l’état de guerre et d’inquiétude qu’est l’état de nature. De même, les connaissances d’un individu lui permettent de se comporter de manière plus juste et d’être moins cruel. Mais la cruauté contient un aspect volontaire. Elle renvoie en effet au plaisir pris à provoquer volontairement la souffrance d’autrui. Dès lors, la loi du plus fort qui règne dans la nature est-elle cruelle ? N’est- ce pas le fait d’instincts non conscients et donc non intentionnels De plus, le verbe dans l’énonce implique une fin. « mettre fin «, c’est empêcher la cruauté de se manifester, c’est la faire disparaître définitivement. Or, n’avons nous pas la preuve que la cruauté existe encore dans nos civilisations ? Ne pouvons nous même pas affirmer que la culture s’est faite parfois le chantre de la cruauté ? De même, la culture en tant que manifestation des peuples ne peut-elle pas sombrer dans le nationalisme et la folie des « races ? Comment conjuguer culture et morale ?


  • La culture met fin à l’état de nature cruel et permet aux hommes d’avoir un jugement éclairé, séparé des instincts

  • La cruauté demande une intentionnalité de faire du mal et ne peut advenir que par un être conscient et qui sait ce qu’il fait.

  • Pourtant, la culture est le seul moyen qui nous permette de lutter contre la cruauté

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2773 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La culture met-elle fin a la cruauté ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit