LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dans La Métamorphose des dieux (1957), André ... « Apprendre, pour l'être humain, c'est partic ... >>


Partager

Dans une comédie de 1918 créée par Sacha Guitry, le mime Debureau encourage en ces termes un jeune comédien : «A ceux qui font sourire, on ne dit pas merci ; ça ne fait rien, laisse la gloire à ceux qui font pleurer. Je sais bien qu'on dit d'eux qu'ils sont les grands artistes mais tant pis, ne sois pas honoré : on n'honore jamais que les gens qui sont tristes. (...) Fais rire le public, dissipe son ennui et, s'il te méprise et t'oublie sitôt qu'il a passé la porte, laisse-1e, ça ne fait rien... On se souvient si mal de ceux qui vous ont fait du bien. » Dans un développement composé, argumenté, vous expliquerez et au besoin discuterez cette opposition entre le comique et le tragique. Vous direz votre préférence personnelle. Vous appuierez votre travail sur des exemples précis, empruntés à vos souvenirs littéraires et artistiques.

Littérature

Aperçu du corrigé : Dans une comédie de 1918 créée par Sacha Guitry, le mime Debureau encourage en ces termes un jeune comédien : «A ceux qui font sourire, on ne dit pas merci ; ça ne fait rien, laisse la gloire à ceux qui font pleurer. Je sais bien qu'on dit d'eux qu'ils sont les grands artistes mais tant pis, ne sois pas honoré : on n'honore jamais que les gens qui sont tristes. (...) Fais rire le public, dissipe son ennui et, s'il te méprise et t'oublie sitôt qu'il a passé la porte, laisse-1e, ça ne fait rien... On se souvient si mal de ceux qui vous ont fait du bien. » Dans un développement composé, argumenté, vous expliquerez et au besoin discuterez cette opposition entre le comique et le tragique. Vous direz votre préférence personnelle. Vous appuierez votre travail sur des exemples précis, empruntés à vos souvenirs littéraires et artistiques.



document rémunéré

Document transmis par : Maylise26879


Format: Document en format HTML protégé

Dans une comédie de 1918 créée par Sacha Guitry, le mime Debureau encourage en ces termes un jeune comédien :
«A ceux qui font sourire, on ne dit pas merci ; ça ne fait rien, laisse la gloire à ceux qui font pleurer. Je sais bien qu'on dit d'eux qu'ils sont les grands artistes mais tant pis, ne sois pas honoré : on n'honore jamais que les gens qui sont tristes. (...) Fais rire le public, dissipe son ennui et, s'il te méprise et t'oublie sitôt qu'il a passé la porte, laisse-1e, ça ne fait rien... On se souvient si mal de ceux qui vous ont fait du bien. » Dans un développement composé, argumenté, vous expliquerez et au besoin discuterez cette opposition entre le comique et le tragique. Vous direz votre préférence personnelle. Vous appuierez votre travail sur des exemples précis, empruntés à vos souvenirs littéraires et artistiques.
Zoom

Sacha Guitry (1885-1957), acteur et auteur dramatique français célèbre du xxe siècle, écrivit plus de cent trente pièces inspirées du comique boulevardier et destinées à divertir le public par un esprit parisien fait de bons mots et de plaisanteries sans prétention. Il toucha également au cinéma, avec par exemple Si Versailles m'était conté. Le sujet est très précis : il s'agit de la supériorité du tragique sur le comique. Vous vous garderez donc des tentations du hors sujet, et dirigerez vos recherches vers ce problème particulier.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1854 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Dans une comédie de 1918 créée par Sacha Guitry, le mime Debureau encourage en ces termes un jeune comédien : «A ceux qui font sourire, on ne dit pas merci ; ça ne fait rien, laisse la gloire à ceux qui font pleurer. Je sais bien qu'on dit d'eux qu'ils sont les grands artistes mais tant pis, ne sois pas honoré : on n'honore jamais que les gens qui sont tristes. (...) Fais rire le public, dissipe son ennui et, s'il te méprise et t'oublie sitôt qu'il a passé la porte, laisse-1e, ça ne fait rien... On se souvient si mal de ceux qui vous ont fait du bien. » Dans un développement composé, argumenté, vous expliquerez et au besoin discuterez cette opposition entre le comique et le tragique. Vous direz votre préférence personnelle. Vous appuierez votre travail sur des exemples précis, empruntés à vos souvenirs littéraires et artistiques." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit