NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Michel Butor - La Modification LE SOMMEIL DU CONDOR de Leconte de Lisle >>


Partager

Dans une lettre à Vauvenargues (15 avril 1743), Voltaire écrit : « On a d'abord été ivre des Lettres Persanes dont vous me parlez. On a négligé le petit livre de la Décadence des Romains, du même auteur; cependant je vois que tous les bons esprits estiment le grand sens qui règne dans ce bon livre d'abord méprisé, et font assez peu de cas de la frivole imagination des Lettres Persanes, dont la hardiesse, en certains endroits, fait le plus grand mérite. » Étudiez cette appréciation de Voltaire, en vous attachant surtout à ce qu'il dit des Lettres Persanes.

Littérature

Aperçu du corrigé : Dans une lettre à Vauvenargues (15 avril 1743), Voltaire écrit : « On a d'abord été ivre des Lettres Persanes dont vous me parlez. On a négligé le petit livre de la Décadence des Romains, du même auteur; cependant je vois que tous les bons esprits estiment le grand sens qui règne dans ce bon livre d'abord méprisé, et font assez peu de cas de la frivole imagination des Lettres Persanes, dont la hardiesse, en certains endroits, fait le plus grand mérite. » Étudiez cette appréciation de Voltaire, en vous attachant surtout à ce qu'il dit des Lettres Persanes.



Publié le : 4/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Dans une lettre à Vauvenargues (15 avril 1743), Voltaire écrit : « On a d'abord été ivre des Lettres Persanes dont vous me parlez. On a négligé le petit livre de la Décadence des Romains, du même auteur; cependant je vois que tous les bons esprits estiment le grand sens qui règne dans ce bon livre d'abord méprisé, et font assez peu de cas de la frivole imagination des Lettres Persanes, dont la hardiesse, en certains endroits, fait le plus grand mérite. » Étudiez cette appréciation de Voltaire, en vous attachant surtout à ce qu'il dit des Lettres Persanes.
Zoom




Observations et conseils.


Ce jugement a souvent été proposé aux élèves, tronqué des membres de phrase se rapportant aux Considérations. Il nous semble qu'en omettant la comparaison ébauchée par l'auteur entre ces deux œuvres, on fausse sa pensée. Aussi préférons-nous citer la phrase tout entière, en restreignant la question posée aux Lettres Persanes.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 972 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Dans une lettre à Vauvenargues (15 avril 1743), Voltaire écrit : « On a d'abord été ivre des Lettres Persanes dont vous me parlez. On a négligé le petit livre de la Décadence des Romains, du même auteur; cependant je vois que tous les bons esprits estiment le grand sens qui règne dans ce bon livre d'abord méprisé, et font assez peu de cas de la frivole imagination des Lettres Persanes, dont la hardiesse, en certains endroits, fait le plus grand mérite. » Étudiez cette appréciation de Voltaire, en vous attachant surtout à ce qu'il dit des Lettres Persanes." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit