NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< «C'est à une pensée de type cartésien que (le ... Que pensez-vous de cette présentation de l'ép ... >>


Partager

Dans son ouvrage sur Le Classicisme français (Nizet, 1942), Henri Peyre s'oppose à une certaine conception du classicisme qui se définirait avant tout par sa valeur morale. Sans doute les classiques n'ont-ils jamais perdu de vue la portée morale et didactique de leurs œuvres, mais leur souci principal a été essentiellement artistique, il faut «peindre d'après nature», et plaire par la vérité seule. Et Henri Peyre conclut : «Si le classicisme a échappé aux défauts de l'art moralisateur (ou, ce qui est pis encore, de la prédication immoraliste), aux maladresses de Richardson ou de George Eliot en Angleterre, des romans sociaux de George Sand, des livres de nos académiciens bien pensants d'aujourd'hui, il le doit à cette bienfaisante soumission à son public, à cette acceptation des règles et des hiérarchies d'alors qui bannissait de l'art des spéculations sur la politique et la société. Nos classiques sont des psychologues et des artistes avant tout, des moralistes parfois, mais seulement par surcroît.» Vous direz ce que vous en pensez.

Anthologie

Aperçu du corrigé : Dans son ouvrage sur Le Classicisme français (Nizet, 1942), Henri Peyre s'oppose à une certaine conception du classicisme qui se définirait avant tout par sa valeur morale. Sans doute les classiques n'ont-ils jamais perdu de vue la portée morale et didactique de leurs œuvres, mais leur souci principal a été essentiellement artistique, il faut «peindre d'après nature», et plaire par la vérité seule. Et Henri Peyre conclut : «Si le classicisme a échappé aux défauts de l'art moralisateur (ou, ce qui est pis encore, de la prédication immoraliste), aux maladresses de Richardson ou de George Eliot en Angleterre, des romans sociaux de George Sand, des livres de nos académiciens bien pensants d'aujourd'hui, il le doit à cette bienfaisante soumission à son public, à cette acceptation des règles et des hiérarchies d'alors qui bannissait de l'art des spéculations sur la politique et la société. Nos classiques sont des psychologues et des artistes avant tout, des moralistes parfois, mais seulement par surcroît.» Vous direz ce que vous en pensez.



Document transmis par : Anne0lise49431


Publié le : 2/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Dans son ouvrage sur Le Classicisme français (Nizet, 1942), Henri Peyre s'oppose à une certaine conception du classicisme qui se définirait avant tout par sa valeur morale. Sans doute les classiques n'ont-ils jamais perdu de vue la portée morale et didactique de leurs œuvres, mais leur souci principal a été essentiellement artistique, il faut «peindre d'après nature», et plaire par la vérité seule. Et Henri Peyre conclut : «Si le classicisme a échappé aux défauts de l'art moralisateur (ou, ce qui est pis encore, de la prédication immoraliste), aux maladresses de Richardson ou de George Eliot en Angleterre, des romans sociaux de George Sand, des livres de nos académiciens bien pensants d'aujourd'hui, il le doit à cette bienfaisante soumission à son public, à cette acceptation des règles et des hiérarchies d'alors qui bannissait de l'art des spéculations sur la politique et la société. Nos classiques sont des psychologues et des artistes avant tout, des moralistes parfois, mais seulement par surcroît.» Vous direz ce que vous en pensez.
Zoom

Dans son ouvrage sur Le Classicisme français (Nizet, 1942), Henri Peyre s'oppose à une certaine conception du classicisme qui se définirait avant tout par sa valeur morale. Sans doute les classiques n'ont-ils jamais perdu de vue la portée morale et didactique de leurs œuvres, mais leur souci principal a été essentiellement artistique, il faut «peindre d'après nature«, et plaire par la vérité seule. Et Henri Peyre conclut : «Si le classicisme a échappé aux défauts de l'art moralisateur (ou, ce qui est pis encore, de la prédication immoraliste), aux maladresses de Richardson ou de George Eliot en Angleterre, des romans sociaux de George Sand, des livres de nos académiciens bien pensants d'aujourd'hui, il le doit à cette bienfaisante soumission à son public, à cette acceptation des règles et des hiérarchies d'alors qui bannissait de l'art des spéculations sur la politique et la société. Nos classiques sont des psychologues et des artistes avant tout, des moralistes parfois, mais seulement par surcroît.« Vous direz ce que vous en pensez.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "Dans son ouvrage sur Le Classicisme français (Nizet, 1942), Henri Peyre s'oppose à une certaine conception du classicisme qui se définirait avant tout par sa valeur morale. Sans doute les classiques n'ont-ils jamais perdu de vue la portée morale et didactique de leurs œuvres, mais leur souci principal a été essentiellement artistique, il faut «peindre d'après nature», et plaire par la vérité seule. Et Henri Peyre conclut : «Si le classicisme a échappé aux défauts de l'art moralisateur (ou, ce qui est pis encore, de la prédication immoraliste), aux maladresses de Richardson ou de George Eliot en Angleterre, des romans sociaux de George Sand, des livres de nos académiciens bien pensants d'aujourd'hui, il le doit à cette bienfaisante soumission à son public, à cette acceptation des règles et des hiérarchies d'alors qui bannissait de l'art des spéculations sur la politique et la société. Nos classiques sont des psychologues et des artistes avant tout, des moralistes parfois, mais seulement par surcroît.» Vous direz ce que vous en pensez." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit