NoCopy.net

David HUME: Justice et convention

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< David HUME ET LE PYRRHONISME David HUME: La beauté est-elle dans les chos ... >>


Partager

David HUME: Justice et convention

Philosophie

Aperçu du corrigé : David HUME: Justice et convention



Publié le : 6/4/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	David HUME: Justice et convention
Zoom

Hume réfute à la fois ceux qui pensent que l'homme est par nature incapable de générosité et ceux qui pensent qu'il est par nature dévoué à ses semblables. Ni ange, ni bête, l'homme a besoin de recourir à l'artifice de la justice, parce que les circonstances la rendent nécessaire.
 
 
 POUR MIEUX COMPRENDRE LE TEXTE
 

 Dès le début du texte, Hume se situe sur le terrain de l'expérience et de l'observation. Son ambition est d'étudier l'homme tel qu'il est et non tel qu'il devrait être, ou tel que nos préjugés nous le font dépeindre.
 Or il ressort de cette observation que la nécessité d'établir des règles de justice naît de la réunion de certaines circonstances. D'une part, l'homme est capable de générosité, mais elle se limite à ses proches. L'homme est naturellement partial. D'autre part, les biens qui sont à sa disposition ne sont pas illimités. Leur rareté oblige à établir des règles de propriété.
 Mais c'est seulement la réunion de ces deux facteurs qui rend la justice nécessaire. Il suffit de faire varier l'un des éléments (par exemple, la rareté), pour que le second (la partialité) ne soit pas un obstacle à l'entente des hommes entre eux. Si tous les biens étaient abondants, le besoin d'établir des règles de propriété disparaîtrait.



J'ai déjà observé que la justice naît de conventions humaines ; et que celles-ci ont pour but de remédier à des inconvénients issus du concours de certaines qualités de l'esprit humain et de la situation des objets extérieurs. Les qualités de l'esprit sont l'égoïsme et la générosité restreinte : la situation des objets extérieurs est la facilité de les échanger jointe à leur rareté en comparaison des besoins et des désirs des hommes (...). On remarque aisément qu'une affection cordiale met tout en communauté entre amis ; et que des époux, en particulier, perdent l'un et l'autre leur propriété et ne connaissent plus le tien et le mien qui sont si nécessaires et qui pourtant causent tant de trouble dans la société humaine. Le même effet résulte d'un changement des circonstances où vivent les hommes ; quand par exemple il y a une assez grande abondance d'un bien pour contenter tous les désirs des hommes ; dans ce cas disparaît complètement toute distinction de propriété et tout demeure en commun. Nous pouvons observer cette situation pour l'air et pour l'eau, qui sont pourtant les plus estimables des objets extérieurs (...). Voici donc une proposition qu'on peut, à mon avis, regarder comme certaine : c'est uniquement de l'égoïsme de l'homme et de sa générosité limitée, en liaison avec la parcimonie avec laquelle la nature a pourvu à la satisfaction de ses besoins, que la justice tire son origine. David HUME


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	David HUME: Justice et convention	Corrigé de 3010 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " David HUME: Justice et convention " a obtenu la note de : aucune note

David HUME: Justice et convention

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit