NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< David HUME: La beauté est-elle dans les chos ... David HUME: De la sociabilité humaine >>


Partager

David HUME: La racine cubique de 64 est égale à la moitié de 10 !

Philosophie

Aperçu du corrigé : David HUME: La racine cubique de 64 est égale à la moitié de 10 !



Publié le : 15/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	David HUME: La racine cubique de 64 est égale à la moitié de 10 !
Zoom

 L’Enquête sur l’entendement humain se veut être la réécriture et la redéfinition du travail qu’avait fait Hume dans le Traité de la nature humaine qui n’avait connu qu’un faible succès. Dès lors, l’ensemble de l’ouvrage est une synthèse et une revisitation de certaine question. Cet extrait se situe à la fin de l’ouvrage dans la douzième section traitant du scepticisme académique. Hume prend alors soin de résumer l’un des principaux points acquis et le rôle de l’expérience. Mais ce passage est intéressant c’est qu’en remettant en cause la notion de nécessité, de causalité et de connexion nécessaire il nous interroge sur la possibilité de toute démonstration a priori de l’existence d’un être, réduisant à néant toute métaphysique mais nous pose le problème de la possibilité de toute science si la nécessité n’existe pas. En effet comment alors produire des énoncés scientifiques et ne pas tomber dans un scepticisme radical ? La solution que propose Hume est alors innovatrice et nuancée faisant place à une certitude morale. Dès lors notre extrait se développe en deux points essentiels : le rejet de la nécessité (du début à « elles n'impliquent aucune contradiction «) et la détermination de la valeur de l’expérience et la solution mesurée du scepticisme (de « On [ne] peut donc seulement prouver l'existence « à la fin).

 

 

  • I – Contingence et nécessité

 

 

a) La première phrase de cet extrait donne le ton de l’argumentation de Hume. Ce qui est peut ne pas être. Autrement dit, dans toute sa radicalité, il n’y a rien de nécessaire semble-t-il dans la nature des choses. Le monde est contingent, c’est-à-dire aurait pu ne pas être ou être autrement. En effet, le nécessaire se définit comme le montre la seconde phrase comme étant ce qui ne pas ne pas être ou être autrement, c’est-à-dire ce dont la non-existence implique contradiction. Il n’y a donc rien de nécessaire dans la nature. Hume revient alors sur l’ensemble de la tradition philosophique et scientifique, c’est-à-dire du dogme de la croyance à la nécessité de la cause et de l’effet qui est un débat de premier ordre.

 



Tout ce qui est peut ne pas être. Il n'y a pas de fait dont la négation implique contradiction. L'inexistence d'un être, sans exception, est une idée aussi claire et aussi distincte que son existence. La proposition, qui affirme qu'il n'existe pas, même si elle est fausse, ne se conçoit et ne s'entend pas moins que celle qui affirme qu'il existe. Le cas est différent pour les sciences proprement dites. Toute proposition qui n'est pas vraie y est confuse et inintelligible. La racine cubique de 64 est égale à la moitié de 10, c'est une proposition fausse et l'on ne peut jamais la concevoir distinctement. Mais César n'a jamais existé, ou l'ange Gabriel, ou un être quelconque n'ont jamais existé, ce sont peut-être des propositions fausses, mais on peut pourtant les concevoir parfaitement et elles n'impliquent aucune contradiction. On peut donc seulement prouver l'existence d'un être par des arguments tirés de sa cause ou de son effet ; et ces arguments se fondent entièrement sur l'expérience. Si nous raisonnons a priori, n'importe quoi peut `paraître capable de produire n'importe quoi. La chute d'un galet peut, pour autant que nous le sachions, éteindre le soleil ; ou le désir d'un homme gouverner les planètes dans leurs orbites. C'est seulement l'expérience qui nous apprend la nature et les limites de la cause et de l'effet et nous rend capables d'inférer l'existence d'un objet de celle d'un autre. David HUME


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1995 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " David HUME: La racine cubique de 64 est égale à la moitié de 10 ! " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit