LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nous possédons en nous-mêmes la vérité - PLAT ... >>


Partager

DÉFINITIONS ET CRITÈRES DE LA VERITE

Philosophie

Aperçu du corrigé : DÉFINITIONS ET CRITÈRES DE LA VERITE



Publié le : 24/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
DÉFINITIONS  ET CRITÈRES DE LA VERITE
Zoom

DÉFINITIONS

ET CRITÈRES

Nous sommes ici renvoyés à la double question de la définition et des critères de la vérité.

1. Tout le monde semble s\'accorder depuis Thomas d\'Aquin, au xiiie siècle, pour définir la vérité comme correspondance ou adéquation : adéquation entre l\'intelligence qui conçoit et la « chose » qu\'elle conçoit, entre l\'esprit et la réalité. Comme l\'écrit le philosophe anglais Bertrand Russell : « Quand une croyance empirique est vraie, elle l\'est en vertu d\'une certaine occurrence que j\'ai appelée son \"vérificateur\'\'. Je crois que César fut assassiné : le vérificateur de cette croyance est l\'événement réel qui se déroula, il y a longtemps, au sénat romain » (Signification et vérité, chapitre XVI).

Cette définition comporte une conséquence importante : la vérité est une propriété du langage, non du réel. « Vrai » et « faux » sont des qualificatifs qui s\'appliquent non à des choses, mais à des propositions (ou, comme le dit Bertrand Russell, à des « croyances » ou à des attentes ; mais celles-ci peuvent toujours s\'exprimer sous forme de propositions ; ce sont des « attitudes propositionnelles »). On parle pourtant d\'or « faux », de « vrai » ami, etc. Mais l\'or « faux » est tout aussi réel que l\'or véritable. Seulement, ce n\'est pas de l\'or, mais, par exemple, du cuivre doré. Ce qui est « faux », alors, ce n\'est pas l\'or, mais la proposition implicite « ceci est de l\'or ». De même, lorsqu\'on parle de « vrai » ami, ce n\'est pas l\'ami qui est « vrai », mais ma croyance que je peux compter sur lui. L\'objet ou la personne, quant à eux, ne sont ni vrais ni faux. Il ne faut donc pas confondre vérité et réalité*.

On le verra, la définition de la vérité comme correspondance, toute simple en apparence, demeure problématique, et aussi contestée : en particulier par une conception de la vérité qui la caractérise en termes de cohérence, et non de correspondance. Et il est juste, en effet, de dire que la cohérence est une condition nécessaire de la vérité, même si elle n\'est pas suffisante. Il ne suffit pas, pour une pensée (ou un discours), d\'être en accord avec les faits. Encore lui faut-il être en accord avec elle-même, c\'est-à-dire ne pas se contredire, respecter les règles du raisonnement correct. Car il est




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3262 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "DÉFINITIONS ET CRITÈRES DE LA VERITE" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit