NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'Homme est-il un animal dénaturé? Zone d’Apollinaire publie - Alcools >>


Partager

Les Dérives du Parlementarisme sous la IIIe République

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Les Dérives du Parlementarisme sous la IIIe République



document rémunéré

Document transmis par : oiseaux


Publié le : 25/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Les Dérives du Parlementarisme sous la IIIe République
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Les Dérives du Parlementarisme sous la IIIe République




 
 
 La IIIe République est fondé institutionnellement par les lois constitutionnelles du 24, 25 février et 16 juillet 1875. Ces lois constitutionnelles instaurent un parlementarisme dualiste qui se définit par un certain équilibre des pouvoirs entre un chef de l’Etat irresponsable disposant de pouvoirs propres mais soumis au contreseing, un gouvernement dont les ministres sont nommés par le chef de l’état mais sont responsables devant le parlement, et un parlement bicaméral, il y a un sénat et une chambre des députés, définis sur une base égalitaire, mais avec une prépondérance factuelle du sénat. Il y’a donc bien dualisme du fait de la présence d’un président de la République jouant un rôle politique et d’un gouvernement assurant un rôle d’interface ou de liaison entre le président et les chambres. Mais la crise politique du 16 mai 1877 a modifié l’esprit initial des institutions de 1875 : Le compromis de 1875 va dériver en parlementarisme moniste (lorsque les compétences de l’exécutif sont dévolus à un seul organe), et la pratique constitutionnelle qui suit, que l’on a coutume de nommer la « Constitution Grévy «, n’est pas une constitution a proprement parler, ni même une révision constitutionnelle, mais en réalité une simple interprétation de la constitution. Elle se définit donc par un parlementarisme moniste, cependant, si c’est un système qui peut fonctionner, par exemple en Grande-Bretagne, il ne marche pas correctement en France, du fait de certaines dérives que connaît le parlementarisme sous la IIIe République. Ces dérives se traduisent en premier lieu par un affaiblissement de l’exécutif, mais également par une primauté du parlement, ou « parlementarisme absolu « selon la formule du juriste Carré de Malberg.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1722 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les Dérives du Parlementarisme sous la IIIe République" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit