NoCopy.net

Descartes: Des amis et des ennemis...

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Kant: Un principe de pédagogie... Spinoza: Joie et usages de la vie >>


Partager

Descartes: Des amis et des ennemis...

Philosophie

Aperçu du corrigé : Descartes: Des amis et des ennemis...



Publié le : 17/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Descartes: Des amis et des ennemis...
Zoom

• « Pourvu qu'on en tire quelque avantage pour soi ou pour ses sujets « est-ce une condition restrictive à la quasi-permission de tout faire ?
• Qu'est-ce qui fait que Descartes parle de quasi-permission de tout faire ?
Qu'est-ce qu'il n'est pas permis de faire selon lui ?
- Pourquoi ?
• Que pensez-vous du fait que Descartes « comprend, sous le nom d'ennemis, tous ceux qui ne sont point amis ou alliés « ?
• Descartes reflète-t-il purement et simplement les usages de
son temps?
Se place-t-il, de son point de vue, sur le plan du droit ou des faits ?
• Est-ce que ce texte peut encore être considéré comme actuel ?
— Et si oui en quoi ?
- Si non en quoi ?
- Tenterait-on encore actuellement de fonder le droit d'agir sur d'autres hommes comme le fait Descartes ?



« On doit aussi distinguer entre les sujets, les amis ou alliés, et les ennemis. Car, au regard de ces derniers, on a quasi-permission de tout faire, pourvu qu'on en tire quelque avantage pour soi ou pour ses sujets; et je désapprouve pas, en cette occasion, qu'on accouple le renard avec le lion, et qu'on joigne l'artifice à la force. Même je comprends, sous le nom d'ennemis, tous ceux qui ne sont point amis ou alliés, parce qu'on a droit de leur faire la guerre, quand on y trouve son avantage, et que, commençant à devenir suspects et redoutables, on a lieu de s'en défier. Mais j'excepte une espèce de tromperie, qui est si directement contraire à la société que je crois pas qu'il soit jamais permis de s'en servir, bien (...) qu'elle ne soit que trop en pratique : c'est de feindre d'être ami de ceux qu'on veut perdre, afin de les pouvoir mieux surprendre. L'amitié est une chose trop sainte pour en abuser de la sorte; et celui qui aura pu feindre d'aimer quelqu'un, pour le trahir, mérite que ceux qu'il voudra par après aimer véritablement, n'en croient rien et le haïssent. » DESCARTES


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Descartes: Des amis et des ennemis...	Corrigé de 223 mots (soit 1 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Descartes: Des amis et des ennemis... " a obtenu la note de : aucune note

Descartes: Des amis et des ennemis...

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit