NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Comte et la politique Descartes et le langage >>


Partager

Descartes: désir et liberté

Philosophie

Aperçu du corrigé : Descartes: désir et liberté



Publié le : 11/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

	Descartes: désir et liberté
Zoom

Le problème est posé à partir de l'erreur et de la faute signalées par DESCARTES. Le texte semble répondre à la question suivante : la faute, relativement à la vertu, consiste-t-elle à trop désirer, à désirer trop
 ardemment ? La vertu consiste-t-elle par conséquent en une simple limitation, ou modération, de nos désirs ?
 
 La réflexion de DESCARTES contribue à déplacer la problématique morale de telle manière que la nécessité de la connaissance se substitue à celle de la modération.
 
 Le problème est donc, pour DESCARTES, de savoir comment la connaissance intervient dans la constitution de la vertu : le savoir est-il déterminant, comme le pensait PLATON ?
 



Il me semble que l'erreur qu'on commet le plus ordinairement touchant les désirs est qu'on ne distingue pas assez les choses qui dépendent entièrement de nous de celles qui n'en dépendent point: car, pour celles qui ne dépendent que de nous, c'est-à-dire de notre libre arbitre, il suffit de savoir qu'elles sont bonnes pour ne les pouvoir désirer avec trop d'ardeur, à cause que c'est suivre la vertu que de faire les choses bonnes qui dépendent de nous. Et il est certain qu'on ne saurait avoir un désir trop ardent pour la vertu, outre que ce que nous désirons en cette façon ne pouvant manquer de nous réussir, puisque c'est de nous seuls qu'il dépend, nous en recevons toujours toute la satisfaction que nous en avons attendue. Mais la faute qu'on a coutume de commettre en ceci n'est jamais qu'on désire trop, c'est seulement qu'on désire trop peu ; et le souverain remède contre cela est de se délivrer l'esprit autant qu'il se peut de toutes sortes d'autres désirs moins utiles, puis de tâcher de connaître bien clairement et de considérer avec attention la bonté de ce qui est à désirer.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1023 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Descartes: désir et liberté " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit