NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DESCARTES: Une fille louche ! DESCARTES et la fortune >>


Partager

DESCARTES: Troisième maxime

Philosophie

Aperçu du corrigé : DESCARTES: Troisième maxime



Publié le : 17/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	DESCARTES: Troisième maxime
Zoom

Dans a troisième partie du Discours de la méthode, Descartes développe ce qu'il appelle a "morale par provision". Elle est constituée de trois maximes destinées à servir de guide provisoire pour bien vivre, avant d'avoir atteint a connaissance véritable. La première consiste à respecter les lois, les coutumes et a religion de son pays, en suivant les opinions les plus modérées ; a seconde pose que nous devons suivre avec fermeté les décisions que nous avons prises.
 
 
Problématique
 

 Que pouvons-nous faire pour bien vivre ? La troisième maxime propose une attitude générale qui rappelle les positions épicuriennes ou stoïciennes. Il est inutile de vouloir l'impossible, la sagesse consistant plutôt à s'adopter à la réalité pour mieux la maîtriser.
 
 
Enjeux
 

 Il ne faut pas voir dans cette attitude cartésienne un renoncement au monde. Au contraire, Descartes affirme, à la différence des sagesses antiques, que nous devons devenir "maîtres et possesseurs de a nature" en développant les savoirs et les techniques. Il s'agit simplement ici de savoir ce que je puis effectivement faire, ce que je puis raisonnablement désirer. La souffrance vient souvent de l'inadéquation entre un désir insuffisamment éclairé par l'entendement et les circonstances contraires.



Ma troisième maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l'ordre du monde et généralement, de m'accoutumer à croire qu'il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir que nos pensées, en sorte qu'après que nous avons fait de notre mieux, touchant les choses qui nous sont extérieures, tout ce qui manque de nous réussir est, au regard de nous, absolument impossible. Et ceci seul me semblait être suffisant pour m'empêcher de rien désirer à l'avenir que je n'acquisse, et ainsi pour me rendre content. DESCARTES


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2328 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " DESCARTES: Troisième maxime " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit