LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Désirer autrui est-ce attenter à sa liberté ... Désobéir peut-il etre un devoir ? >>


Partager

Désirer, est-ce naturel ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Désirer, est-ce naturel ?



Publié le : 23/8/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Désirer, est-ce naturel 	?
Zoom

Remarque sur l'intitulé :

-          La question semble paradoxale : se demander s'il est naturel de désirer revient à supposer que désirer n'aille pas de soi ; or le désir est un donné, et il désigne bien souvent un mouvement irrépressible.

-          Cependant, on sait que tous nos désirs ne sont pas d'égale valeur : que je désire manger parce que j'ai faim ou que je désire cette paire de chaussure parce qu'elle me plaît, ou parce que je la trouve jolie, sont deux choses bien différentes.

-          Finalement, le sujet invite à s'interroger sur le rapport que le désir entretient avec le besoin : seul ce dernier semble naturel.

 

Problématique : il semble évident que nous désirons des choses dont nous n'avons pas besoin. Cependant, il reste alors à déterminer comment un désir peut-il ne pas être naturel. Quelle est sa « nature « ? Comment distinguer, parmi nos désirs, ceux qui sont naturels de ceux qui ne le sont pas, et de quel droit (ou selon quel principe) opérer une telle discrimination ?

 



Ainsi il donne un fondement métaphysique au présupposé de la thèse nietzschéenne selon laquelle il est impossible de ne rien désirer (quitte à désirer le rien ou un état impossible de non-désir) : chaque chose naturelle désire ou persévère dans son être, et réciproquement, tout ce qui désire ou persévère dans son être est naturel (est un mode exprimant la puissance de Dieu ou de la nature).   Transition : ·         On vient de voir qu'il n'y a pas, du point de vue de la nature, de disjonction possible entre être et désirer. ·         Mais si tous nos désirs sont naturels, comment pourrait-il être naturel de désirer des choses vaines comme l'immortalité ? Pour le dire autrement, est-il naturel de désirer ce qui nous fait souffrir, ou, pour parler comme Spinoza, ce qui diminue notre puissance d'agir ? Ne faut-il pas considérer que certains désirs sont plus naturels que d'autres au sens où ils seraient plus sensés que d'autres ?   2-      Désirer n'est pas forcément naturel, ne va pas de soi :   a)      il faut un objet au désir (critique de Spinoza) Poser que le désir est sensé, c'est l'envisager sous son caractère de processus finalisé. Or quand Spinoza dit que c'est parce que nous désirons une chose que nous la jugeons bonne et non l'inverse, il tend à faire du désir sa propre justification : rien n'est désirable en soi mais n'est désirable que ce qui est effectivement désiré. Mais dans ce cas, le désir est alors sans limite, sans finalité propre, et peut ainsi se porter indifféremment sur tout ce que bon lui semble. Or une telle extension du désir est problématique : comment nos désirs, étant sans terme, sans fin, pourrait-ils échapper au non-sens ? Comment leur existence peut-elle s'expliquer[1] ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1614 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Désirer, est-ce naturel ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit