Diderot, Le Neuveu de Rameau
NoCopy.net

Diderot, Le Neuveu de Rameau

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Analyse Les funréailles d'Atala « La littérature, c'est la rature » Roland Ba ... >>


Partager

Diderot, Le Neuveu de Rameau

Echange

Aperçu du corrigé : Diderot, Le Neuveu de Rameau



Document transmis par : Aurel de Volanges


Publié le : 5/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Diderot, Le Neuveu de Rameau
Zoom

Explication de texte : Diderot, Le Neveu de Rameau

 

 

Structure de l’oeuvre :

-         Nouveau genre littéraire : le roman-conversation. Texte = bref récit adressé à un lecteur familier pls fois interpellé. Mise en page imitant celle du théâtre, dialogue entre le narrateur, un philosophe de renom mais prudemment distinct de Diderot, et le musicien Jean-François -Rameau, personnage authentique (neveu du célèbre musicien Jean-Philippe Rameau) transformé en bouffon professionnel.

-         Rencontre fictive a lieu dans le café de la Régence à Paris, allusions fiables à l’actualité des années 1660. Cadre spatio-temporel circonscrit et réaliste.

-         Narration : absorbée par l’échange verbal ms enregistre sous forme descriptive les moments où le neveu se tait et communique autrement, par mimiques, gestes ou vocalises. Narrateur transcrit tout, dans les moindres détails. Alternance dialogue/pantomimes narrées scande tt le texte.

-         Deux faces de Lui : passé proche=cynisme, occupations du moment=sensibilité. Deux thèmes majeurs=la morale et l’art.

-         Unité du dialogue dans la peinture du caractère singulier de Neveu et ds l’autobiographie par bribes que ce dernier se construit.

-         Rameau trouve ds la confrontation ac un philosophe notoire l’occasion de se tisser un moi cohérent et de se hisser au rang de penseur libre, non prisonnier de la société. Cherche à se divertir et à tout pervertir pr convertir spectaculairement son échec social en victoire d’une antiphilosophie.

-         Auditeur de type socratique qui exerce une maïeutique. Personnages ne s’affrontent pas vmt, ils collaborent pr enfanter un être monstrueux. Diderot était fasciné par la tératologie (science qui a pr objet d’étude des anomalies et des monstruosités des êtres vivants). Dc unité de déformation provenant de la nature même de Rameau qui est une figure de la variabilité à l’état pur. Expérimentation formelle et idéologique.

-         Diderot donne une forme nouvelle au dialogue philosophique. Plus de relation maître-disciple, progression logique, langue abstraite et sacro-sainte vérité. Place aux ramifications par digressions systématiques. Le philosophe-Moi a beau tenter de maintenir un suivi, Lui ne peut s’empêcher de dériver. C’est un homme entraîné à divertir et entraînant la diversion. Vit de paroles et de rôles. Narrateur et acteur, il cultive les enchâssements de discours. Vision éclatée du monde réel. Diversité des sujets abordés, versatilité maîtrisée.

 

 

La satire :

-         Forme libre, affranchie de règles strictes, texte fait d’éléments disparates (passages narrés, parties dialoguées, scènes mimées)-> diversification des idées énoncées, niveau de langue hétérogène.

-         Discours provocateur, moqueur et mordant. Philosophe complice du Neveu.

-         Cibles de la satire ? Le discours sur le Bien en général, Bertin (financier de l’époque) en particulier ; globalement « la morale qu’ils ont tous à la bouche », fumeuse et luxurieuse abstraction de philosophe « cossu », tissu d’idioties sans lien avec le réel.

-         Neveu : vit du vide de la morale. Il est le cauchemar des moralistes car inverse la morale en art du mal. Froide analyse du fonctionnement mécanique de l’homme et des mœurs=absolu. Obligé de se faire bouffon pour survivre. Retrouve indirectement la voie du Bien en satirisant ses « bienfaiteurs ».

-         Diderot : régler ses comptes. Stratégie satirique=faire exposer au grand jour, par leur familier le plus intime, les ridicules et les travers de tte la clique de l’Encyclopédie. Réduit le puissant clan conservateur des antiphilosophes (jésuites, hommes de lettres fielleux, artistes influents, riches hommes d’affaires) à des fantoches manipulés par un « pantin ». S’amuse à se venger-> comparaisons animalières, invective directe, métaphores insultantes, néologismes méprisants, jeux de mots en particulier sur les patronymes, mécanisation des comportements, caricature physique, dépréciation morale et intellectuelle. Satire des autres liée à la tradition humaniste.

-         Satire des interlocuteurs présents. Moi disqualifie Lui, qui se rattache bon gré mal gré à la tradition satirique. Neveu : sorte d’autodérision, pantomime satirique, caricature cinglante d’une humanité aimant à la folie la fausseté.

-         Apparaît d’elle-même quand il s’agit de décrire lucidement certains milieux sociaux où domine le vice. Véritable art de vivre : satire permet d’être soumis et libre, engagé et à l’écart, d’être vicieux et vertueux.

 

 

La morale :

-         Moi=science du Bien, règles de conduite considérées comme bonnes. « Bon homme » doté d’une conscience morale, porte des jugements de valeur morale sur les actes d’autrui. Apte à distinguer, ficher, classer les différents cas. Encyclopédie vivante de la morale. Se réfère à des modèles historiques (Socrate sacrifiant sa vie pour sauver ses principes, Diogène pour garder sa liberté), diffuse l’exemple de bonnes actions. Esprit juste et sens du commun.

-         Rameau=homme d’une immoralité absolue. Apologie du mal, vante les contre-valeurs. Souffle destructeur sur les idées ttes faites et catégoriques. Morale selon ses intérêts personnels. Bonne conduite sociale=tordre le cou à tte loi morale, se conformer aux vices de la société. Parvenir au « sublime » dans le mal. Les vices sont naturels dc être hypocrite=être sincère.

-         Moi choqué, ms la morale tient bon. Lui acteur et commentateur, a tiré l’enseignement moral du spectacle de la vie. Lui : signale que la vérité morale n’est pas liée à une taxinomie rationnelle ms s’enracine ds les « passions » en accord intime ac le monde physique.

-         Cette nature fondatrice=puissance incontrôlable. Neveu subit émotions et est emporté au-delà de la raison. Jouet de ses passions. Grand effet sur les spectateurs : admiratifs. Face à lui, philosophe-maître récupère la civilisation sur plan idéologique ac « bonne éducation »-> accès à une seconde nature. Plan esthétique : Rameau présenté comme un monstre, une curiosité, ms aussi un hyper-civilisé. Réflexion sur lien entre raison et folie.

-



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Diderot, Le Neuveu de Rameau" a obtenu la note de : aucune note

Diderot, Le Neuveu de Rameau

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit