LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Ces mots de Bossuet, dans l'Oraison funèbre d ... Jean Mesnard définit ainsi le «triple objet» ... >>


Partager

Diderot reprochait aux moralistes du XVIIe siècle d'être tous «pénétrés du plus profond mépris pour l'espèce humaine». Un critique contemporain précise et nuance cette accusation : «Dans cette peinture de l'homme, peut-être nos écrivains (classiques) ne manifestent-ils pas le même équilibre qu'ailleurs. Entre l'optimisme et le pessimisme, ils penchent fortement du second côté. L'augusti-nisme qui imprègne la culture du temps les a fortement marqués. La dénonciation de l'amour-propre, principe des volontés et des passions, corrupteur du jugement, perturbateur de la vie sociale, n'est pas seulement l'objet des Maximes de La Rochefoucauld ; elle est pour le moins implicite chez les autres écrivains du temps, religieux ou profanes, comiques ou tragiques (...). L'évocation de la mort, dépourvue d'ostentation, mais revenant avec insistance, constitue un thème privilégié : n'est-ce pas en fonction de ce terme que se définit la condition humaine ? Pessimisme qui n'exclut pas la force, la santé, le charme, mais qui reste le principe indispensable de la grandeur et de la profondeur.» (B. Tocanne, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Votre lecture des «moralistes» du XVIIe siècle vous permet-elle de confirmer ces vues ?

Echange

Aperçu du corrigé : Diderot reprochait aux moralistes du XVIIe siècle d'être tous «pénétrés du plus profond mépris pour l'espèce humaine». Un critique contemporain précise et nuance cette accusation : «Dans cette peinture de l'homme, peut-être nos écrivains (classiques) ne manifestent-ils pas le même équilibre qu'ailleurs. Entre l'optimisme et le pessimisme, ils penchent fortement du second côté. L'augusti-nisme qui imprègne la culture du temps les a fortement marqués. La dénonciation de l'amour-propre, principe des volontés et des passions, corrupteur du jugement, perturbateur de la vie sociale, n'est pas seulement l'objet des Maximes de La Rochefoucauld ; elle est pour le moins implicite chez les autres écrivains du temps, religieux ou profanes, comiques ou tragiques (...). L'évocation de la mort, dépourvue d'ostentation, mais revenant avec insistance, constitue un thème privilégié : n'est-ce pas en fonction de ce terme que se définit la condition humaine ? Pessimisme qui n'exclut pas la force, la santé, le charme, mais qui reste le principe indispensable de la grandeur et de la profondeur.» (B. Tocanne, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Votre lecture des «moralistes» du XVIIe siècle vous permet-elle de confirmer ces vues ?



Document transmis par : Claudia49425


Publié le : 2/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Diderot reprochait aux moralistes du XVIIe siècle d'être tous «pénétrés du plus profond mépris pour l'espèce humaine». Un critique contemporain précise et nuance cette accusation : «Dans cette peinture de l'homme, peut-être nos écrivains (classiques) ne manifestent-ils pas le même équilibre qu'ailleurs. Entre l'optimisme et le pessimisme, ils penchent fortement du second côté. L'augusti-nisme qui imprègne la culture du temps les a fortement marqués. La dénonciation de l'amour-propre, principe des volontés et des passions, corrupteur du jugement, perturbateur de la vie sociale, n'est pas seulement l'objet des Maximes de La Rochefoucauld ; elle est pour le moins implicite chez les autres écrivains du temps, religieux ou profanes, comiques ou tragiques (...). L'évocation de la mort, dépourvue d'ostentation, mais revenant avec insistance, constitue un thème privilégié : n'est-ce pas en fonction de ce terme que se définit la condition humaine ? Pessimisme qui n'exclut pas la force, la santé, le charme, mais qui reste le principe indispensable de la grandeur et de la profondeur.» (B. Tocanne, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Votre lecture des «moralistes» du XVIIe siècle vous permet-elle de confirmer ces vues ?
Zoom

Diderot reprochait aux moralistes du XVIIe siècle d'être tous «pénétrés du plus profond mépris pour l'espèce humaine«. Un critique contemporain précise et nuance cette accusation : «Dans cette peinture de l'homme, peut-être nos écrivains (classiques) ne manifestent-ils pas le même équilibre qu'ailleurs. Entre l'optimisme et le pessimisme, ils penchent fortement du second côté. L'augusti-nisme qui imprègne la culture du temps les a fortement marqués. La dénonciation de l'amour-propre, principe des volontés et des passions, corrupteur du jugement, perturbateur de la vie sociale, n'est pas seulement l'objet des Maximes de La Rochefoucauld ; elle est pour le moins implicite chez les autres écrivains du temps, religieux ou profanes, comiques ou tragiques (...). L'évocation de la mort, dépourvue d'ostentation, mais revenant avec insistance, constitue un thème privilégié : n'est-ce pas en fonction de ce terme que se définit la condition humaine ? Pessimisme qui n'exclut pas la force, la santé, le charme, mais qui reste le principe indispensable de la grandeur et de la profondeur.« (B. Tocanne, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Votre lecture des «moralistes« du XVIIe siècle vous permet-elle de confirmer ces vues ?




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 5 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "Diderot reprochait aux moralistes du XVIIe siècle d'être tous «pénétrés du plus profond mépris pour l'espèce humaine». Un critique contemporain précise et nuance cette accusation : «Dans cette peinture de l'homme, peut-être nos écrivains (classiques) ne manifestent-ils pas le même équilibre qu'ailleurs. Entre l'optimisme et le pessimisme, ils penchent fortement du second côté. L'augusti-nisme qui imprègne la culture du temps les a fortement marqués. La dénonciation de l'amour-propre, principe des volontés et des passions, corrupteur du jugement, perturbateur de la vie sociale, n'est pas seulement l'objet des Maximes de La Rochefoucauld ; elle est pour le moins implicite chez les autres écrivains du temps, religieux ou profanes, comiques ou tragiques (...). L'évocation de la mort, dépourvue d'ostentation, mais revenant avec insistance, constitue un thème privilégié : n'est-ce pas en fonction de ce terme que se définit la condition humaine ? Pessimisme qui n'exclut pas la force, la santé, le charme, mais qui reste le principe indispensable de la grandeur et de la profondeur.» (B. Tocanne, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Votre lecture des «moralistes» du XVIIe siècle vous permet-elle de confirmer ces vues ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit