Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les accords Matignon : 8 juin 1936 (extraits) La défaite française en mai-juin 1940 - Appel ... >>


Partager

Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin



document rémunéré

Document transmis par : Joe46699


Publié le : 3/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin
Zoom

« M. Benes est à Prague, et persuadé qu'il ne peut rien lui arriver parce qu'il a derrière lui la France et l'Angleterre... Je crois que le moment est venu de parler maintenant net et clair. On ne peut refuser le titre de pacifique à quelqu'un qui a enduré pendant vingt ans pareille honte. M. Bénès a un peuple de 7 millions d'individus derrière lui et ici il y a un peuple de 75 millions d'hommes... En ce qui concerne la question sudète, ma patience est à bout. M. Bénès a maintenant en main la paix ou la guerre. Ou bien il acceptera cette offre et donnera enfin la liberté aux Allemands, ou bien nous irons chercher cette liberté. Que le monde le sache bien. «


Discours radiodiffusé de N. Chamberlain, le 27 septembre 1938

« Combien il est horrible, combien fantastique, combien incroyable, que nous en soyons à creuser des tranchées et à essayer des masques à gaz en raison d'une querelle qui s'est produite dans un pays lointain, entre des gens dont nous ne savons rien. Il semble encore plus impossible qu'une querelle déjà réglée en principe puisse donner lieu à une guerre... Quelle que soit notre sympathie pour une petite nation qui se trouve aux prises avec un grand et puissant voisin, nous ne saurions nous engager en toute circonstance à entraîner l'Empire britannique dans la guerre pour cette seule petite nation. Si nous avions à nous battre, ce devrait être pour des causes plus importantes... La guerre est une chose terrible et nous devons être bien certains, avant de nous y engager, que ce sont vraiment des problèmes essentiels qui sont en jeu. «

Les événements vus par P.E. Flandin, ancien président du Conseil de la IIIe République

« Le Ier octobre, M. Chamberlain rentre à Londres. Il est acclamé par une foule immense à sa descente d'avion et sur tout son parcours... M. Daladier reçoit la même réception enthousiaste à Paris. Dans toutes les villes et dans tous les villages en province, un sentiment semblable s'exprime, un immense soulagement et un ardent désir de paix. «

La politique française, 1919-1940.

QUESTIONS

1° Rappelez brièvement comment se pose « la question sudète « à la date du discours de Hitler.

2° Quelle est l'attitude de Chamberlain? Comment la justifie-t-il? Quel a été le rôle joué par le Royaume-Uni dans la politique européenne en 1938?

3° Après avoir donné les grandes lignes du dénouement de la crise tchécoslovaque, vous direz si la réaction a été aussi unanime dans l'enthousiasme que l'affirme Flandin.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin Corrigé de 1419 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin" a obtenu la note de : aucune note

Discours de Hitler, le 26 septembre 1938, au Sportpalast de Berlin

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit