NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Tout a-t-il un sens ? A quoi l'homme doit-il renoncer pour vivre e ... >>


Partager

Doit-on dire que sans la société la conscience humaine ne s'éveillerait pas ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Doit-on dire que sans la société la conscience humaine ne s'éveillerait pas ?



Publié le : 8/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

Telle qu'elle nous apparaît spontanément, la conscience ne semble pas garder trace d'une origine sociale : elle nous semble purement individuelle, propre à notre personne. Cependant, il faut reconnâitre que la conscience s'altère lorsque le sujet se trouve durablement coupé de la société humaine : penser à l'exemple de Robinson Crusoé. C'est donc que l'état de société n'est pas sans influence sur notre conscience. Mais de quelle nature est cette influence, si la conscience elle-même ne montre aucun signe explicitement social ? La conscience peut-elle revendiquer un affranchissement fondamental de la société, lui servant même alors de fondement ? Ou bien cette conscience de liberté individuelle n'est-elle qu'une illusion, ouvrant alors la voie à une conscience intégralement déterminée par la nature sociale de l'homme ?



La conscience n'est alors pas susceptible d'un quelconque "éveil" : elle est pré-donnée existentiellement, nécessaire dans cette donation originelle. Son origine n'est pas ce qui intéresse Husserl : la conscience est présentée comme ne dérivant de rien, mais comme fondant même l'existence possible du monde extérieur (Méditations cartésiennes). Dès lors la société humaine pour Husserl ne saurait éveiller la conscience ; c'est plutôt le donné de la conscience qui permet l'instauration logiquement postérieure de cette société.   II La conscience comme nature" dénaturante" : son fondement culturel, Heidegger et Sartre   -Cependant, Husserl précise bien que la nature nécessaire de la conscience n'est pas la même que la nature du monde. La conscience transcende la nature du monde, elle s'en abstrait. La conséquence, c'est que sa nature ne peut être objectivement définie comme celle du monde peut l'être. Et cette dé-naturation s'exprime dans le fait que cette nature humaine ne peut se suffire à elle-même individuellement : elle a besoin de la conscience de l'Autre pour faire face au monde. Heidegger relaie ici Husserl, dans Etre et temps, en affirmant que la conscience de l'homme le situe nécessairement "dans un monde", et que dans ce monde, toute conscience humaine comprend l'existence d'autres consciences : c'est la structure commune aux consciences de l'être-au-monde (terme technique de Heidegger pour décrire la situation de la conscience vis-à-vis du monde).   -Sartre explicitera cette communication des consciences dans leur perception d'elles-mêmes et du monde, à travers la notion d'intersubjectivité (communication mutuelle des consciences subjectives) (L'Être et le néant). Dans sa constitution même, la conscience fait face à l'existence d'autrui.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1452 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Doit-on dire que sans la société la conscience humaine ne s'éveillerait pas ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit