LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Ne doit-on croire que ce qui est scientifiqu ... Ne fait on que subir le devenir ? >>


Partager

Ne doit-on tenir une proposition pour vraie que si elle est contrôlable par l'expérience ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Ne doit-on tenir une proposition pour vraie que si elle est contrôlable par l'expérience ?



Publié le : 1/12/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Ne doit-on tenir une proposition pour vraie que si elle est contrôlable par l'expérience  	?
Zoom

 

Prestige des sciences expérimentales et du type de vérité qu'elles semblent définir : des hypothèses vérifiées par l'expérience. Mais ne doit-on tenir pour vraie une proposition que si elle est contrôlable par une expérience ?

 



. » (République, VII, 511 b-c). La raison, par la seule puissance de sa dialectique, atteindrait ainsi l'absolu. La vérité ne repose pas sur une expérience du monde sensible. *          Plus généralement, on oppose traditionnellement la vérité matérielle d'une proposition, qui soulève le problème de son accord avec une réalité par l'intermédiaire d'une expérience, a sa vérité formelle ou logique : dans ce cas, sera « vraie » une proposition dont on peut montrer qu'elle est logiquement déductible d'autres propositions, qu'elle est obtenue par un raisonnement valide, cohérent. Mais une proposition « vraie » formellement ne peut l'être matériellement que si les propositions dont elle résulte sont elles-mêmes vraies matériellement : le problème est donc déplacé. C'est pourquoi Platon cherchait atteindre l'absolu qui pourrait faire des mathématiques autre chose qu'une simple construction hypothético-déductive. C'est pourquoi, sur un autre plan, les expressions : « vérité mathématique », ou « connaissance mathématique », posent problème, si les mathématiques sont essentiellement déductives et formalisables.   b)     La métaphysique cartésienne   *          Descartes, mathématicien lui-même, admire « ces longues chaînes de raison, toutes simples et faciles, dont les géomètres ont coutume de se servir pour parvenir a leurs plus difficiles démonstrations ». II conçoit donc sa philosophie (au sens large de science ou connaissance de la réalité) sur le modèle d'une pensée essentiellement démonstrative. *          Mais les propositions que sa raison enchaîne de façon déductive tiennent d'abord leur vérité d'une expérience originaire qui donne a la première proposition, dans l'ordre de la connaissance, une valeur de vérité « évidente », indubitable.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3447 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Ne doit-on tenir une proposition pour vraie que si elle est contrôlable par l'expérience ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit