LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Emile Zola, L'Assommoir. Commentaire: L'Énigme Des Blancs-Manteaux de ... >>


Partager

L'éducation sentimentale - Gustave FLAUBERT: « Tout à coup La Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple »

Echange

Aperçu du corrigé : L'éducation sentimentale - Gustave FLAUBERT: « Tout à coup La Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple »



Document transmis par : Florian17131


Publié le : 15/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

L'éducation sentimentale - Gustave FLAUBERT: « Tout à coup La Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple »
Zoom

sommaire


INTRODUCTION
I. UN SPECTACLE ANCRE DANS UNE REALITE HISTORIQUE QUI REVET DES
ACCENTS EPIQUES
II. UNE FOULE EN MOUVEMENT, MUEE PAR UNE ENERGIE IMPERSONNELLE ET AMBIVALENTE, (…)
III. (…) FACE A L'IMMOBILISME DE FREDERIC ET HUSSONNET, PERSONNAGES DAVANTAGE SPECTATEURS QU'ACTEURS DE LEUR DESTINEE

Introduction:

Tenu aujourd'hui pour un véritable chef d'œuvre de la littérature française, l'Éducation sentimentale de Flaubert essuya, au moment de sa parution (1869), les sarcasmes unanimes de la critique avant de disparaître dans le naufrage du Second Empire. Ce roman d'amour auquel il a intégré une vaste fresque historique, raconte l'histoire d'un jeune homme, Frédéric Moreau, qui combine à lui seul enthousiasmes de le jeunesse romantique et ambitions sociales. Alors que se déclenche la révolution de 1848, il séduit tour à tour la lorette Rosanette et l'aristocrate Mme Dambreuse, mais ne peut atteindre sa véritable passion, Mme Arnoux, rencontrée dès le début du roman sous la forme d'un véritable coup de foudre. Grâce à l'interaction entre histoire privée et Histoire publique, Flaubert fait dans son roman le procès d'une génération manquée. L'extrait que nous avons à commenter se situe dans le premier chapitre de la troisième partie. Frédéric, attiré par les bruits des fusillades, s'est rendu dans les rues de Paris et, poussé par la foule, assiste au sac des tuileries, d'où le roi Louis-Philippe vient de s'enfuir. On peut dès lors se demander si l'Histoire en tant que spectacle n'est pas le reflet d'une épopée impossible où Frédéric de par son immobilisme acquiert le statut d'anti-héros. Nous nous attacherons tout d'abord à voir en quoi ce spectacle, ancré dans une réalité historique, revêt une tonalité épique. Puis, nous soulignerons le mouvement d'une foule muée par une énergie impersonnelle et ambivalente face à l'immobilisme de Frédéric et Hussonnet, des personnages qui davantage spectateurs qu'acteurs de leur destinée.

I. Un spectacle ancré dans une réalité historique et qui revêt des accents épiques.

Le véritable spectacle historique
Cet extrait se déroule véritablement comme un spectacle tant pour le lecteur que pour Frédéric et son compagnon Hussonnet et ce dès la première phrase de l'extrait:
« Tout à coup La Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple «
Comme si ils avaient pris place au pigeonnier d'un théâtre,l'impression de hauteur étant donnée par le fait qu'il soient en haut de l'escalier nos deux protagonistes sont avertis du début de la représentation par une amorce musicale; en l'occurrence ici par un chant patriotique qui avait acquierit en 1795, à la suite de la révolution de 1789, le statut d'hymne national français. Dès lors, le décor est pour ainsi dire planté, l'histoire semble se répéter: On vit une seconde révolution. L'introduction des personnages se fait par l'entrée en scène de cette foule, de ce peuple qui semble tenir le rôle principal. S'en suit la phrase:
« […]le chant tomba. On n'entendait plus que les piétinements de tous les souliers avec le clapotement des voix. «
le chant s‘interrompt,et le bruit sourd des souliers n'est pas sans rappeler les trois coups de bâtons donnés avant la représentation. Le silence n'est troublée que par« le clapotement des voix « d'une  foule qui ne va pas tarder à passer du statut de figurante prenant possession des lieux:
« La foule inoffensive se contentait de regarder «
à actrice. C'est véritablement le passage dans l'appartement et surtout le dais de velours rouge qui surplombe le trône qui marque cette transition. Cette longue étoffe par sa couleur et la place qu'elle occupe dans le texte n'est pas sans rappeler les rideaux du théâtre qui s'ouvrent sur une scène symbolisée par l'estrade sur laquelle monte peu à peu les gens pour s'asseoir sur le trône.

Le spectre épique
La tonalité qui est suggérée par le caractère révolutionnaire de la scène est la tonalité épique. Cette dernière est confirmée par la description du peuple qui, par son entrée fracassante, laisse supposer au lecteur qu'elle va accomplir un exploit. Le mot épique venant du grec « épos « signifie: parole célébrant les exploits d'un héros. L'amplification des êtres qui est crée par l'utilisation du mot « peuple« , « masse « , se fait tout d'abord grâce à un rythme croissants et accumulatif « des têtes nues, des casques, des bonnets rouges, des baïonnettes et des épaules « qui forment des flots, puis une masse, puis un fleuve. Cette comparaison avec le « fleuve refoulé «, associé à la gradation des verbes précipiter, secouer et monter, souligne la progression, par degrés successif de ce peuple dans cet escalier, symbole de l'ascension vers le rétablissement d'une égalité sociale. Les hyperboles et les superlatifs qui servent la comparaison du fleuve avec « ses flots vertigineux « qui secouent « impétueusement « la foule et son « impulsion irrésistible « montre, exagère au sens positif l'étonnante force de détermination du peuple. Cette « masse grouillante « qui pousse un « long mugissement « renvoie au fracas, au grondement des flots, synonyme ici de la libération d'un mécontentement que le peuple a réprimé jusqu'alors. Toute cette description, tend à la simplification; en effet, en organisant cette dernière autour de la comparaison avec le fleuve, le peuple devient l'incarnation même des valeurs collectives qu'il défend. Ainsi « les héros « tels qu'ils sont nommés par Hussonnet, désigne chacune des personnes qui forme la foule. Mais qu'en est-il de Fréd&e...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "L'éducation sentimentale - Gustave FLAUBERT: « Tout à coup La Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple » " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit