NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La conscience de soi nous élève-t-elle au de ... Les lumières et les causes à défendre. >>


Partager

« L'enfer des vivants n'est pas chose à venir ; s'il y en a un, c'est celui qui est déjà là, l'enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d'être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l'enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l'enfer, n'est pas l'enfer, et le faire durer, et lui faire de la place » CALVINO, Les villes invisibles

Littérature

Aperçu du corrigé : « L'enfer des vivants n'est pas chose à venir ; s'il y en a un, c'est celui qui est déjà là, l'enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d'être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l'enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l'enfer, n'est pas l'enfer, et le faire durer, et lui faire de la place » CALVINO, Les villes invisibles



Publié le : 15/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

« L'enfer des vivants n'est pas chose à venir ; s'il y en a un, c'est celui qui est déjà là, l'enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d'être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l'enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l'enfer, n'est pas l'enfer, et le faire durer, et lui faire de la place » CALVINO, Les villes invisibles
Zoom


 
 L'homme est cet étrange vivant qui réfléchit sur sa vie et cela d'ailleurs d'autant plus fortement qu'il a conscience de sa mort. Exister ne se ramène pas simplement à la seule notion d'être, davantage même que de l'existence, c'est alors en tant qu'existant que le penseur doit avoir conscience. L'existence ne saurait prendre son sens sans l'existant, soit l'Homme comme être capable de se laisser porter à l'expérience originelle du simple fait d'être là. Si bien que le sens fort du terme existence doit lui être réservé, puisqu'exister ce n'est pas seulement vivre mais examiner la valeur de notre vie confrontée au problème de la mort. Or s'il y a justement un problème de la mort c'est parce qu'elle apparaît à première vue comme la négation radicale de la vie, ce qui la fait sombrer dans le néant. L'existence, rattachée à l'être est liée à sa conscience, au néant, à la mort, et est déchirée entre les paradoxes du finis et de l'infini, de l'éphémère et de l'éternité, et enfin de la vie et de la mort. Car si sans mort toute existence n'en serait pas une, elle caractérise la condition humaine : je nais, je vis, pour finalement mourir. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2486 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "« L'enfer des vivants n'est pas chose à venir ; s'il y en a un, c'est celui qui est déjà là, l'enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d'être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l'enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l'enfer, n'est pas l'enfer, et le faire durer, et lui faire de la place » CALVINO, Les villes invisibles " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit