NoCopy.net

Entre croire et savoir, faut-il choisir?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on combattre une croyance par le raison ... L'attitude philosophique peut-elle être défi ... >>


Partager

Entre croire et savoir, faut-il choisir?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Entre croire et savoir, faut-il choisir?



Publié le : 6/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Entre croire et savoir, faut-il choisir?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Entre croire et savoir, faut-il choisir?




Elle est une opinion qui suppose des règles indubitables pour régir la vie des hommes, sans que pour autant le « bien fondé » de ces règles soient démontrable. Pour Spinoza, les superstitions sont le résultat du besoin irrépressible de l'homme de connaître. Les hommes, sans la connaissance de ce qui les détermine sont soumis à la crainte de l'inconnu en toute chose, y compris en eux même. C'est cette crainte existentielle qui les pousse à chercher, à trouver de force, un sens au monde qui les entoure : « Si, pendant qu'ils sont dans un état de crainte, il se produit un incident qui leur rappelle un bien ou un mal passés, ils pensent que c'est l'annonce d'une issue heureuse ou malheureuse et pour cette raison, bien que cent fois trompés, l'appellent un présage favorable ou funeste. » (Spinoza, Préface du traité théologico-politique.)   Les hommes pour apaiser le désir de connaître, leur inclination naturelle à détenir le savoir, se forgent même des fictions que l'on nomme également opinion. b) L'opinion ne trouve de fondement que dans la croyance dans l'existence de son fondement, le savoir lui, met cette croyance en doute : il en nie le « bien fondée » pour pouvoir l'interroger, et formuler des hypothèses, dont-il tentera par la suite de démontrer par l'exercice de la raison, la vérité ou la fausseté. L'esprit scientifique interdit donc d'avoir une opinion sur une question que l'on ne sait pas poser et donc interroger convenablement. L'opinion, en tant qu'elle tient pour vrai « sans raison », qu'elle se pose comme incritiquable, comme réponse sans question, est donc un obstacle à l'activité elle-même du savoir. c) Le savoir se constitue, au dépens de la croyance, si par là on entend une superstition ou une opinion.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Entre croire et savoir, faut-il choisir?	Corrigé de 1838 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Entre croire et savoir, faut-il choisir? " a obtenu la note de : aucune note

Entre croire et savoir, faut-il choisir?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit