Entre croire et savoir, faut-il choisir ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Entre croire et savoir y a -t-il une différe ... Entre doute et certitude : que choisir ? >>


Partager

Entre croire et savoir, faut-il choisir ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Entre croire et savoir, faut-il choisir ?



Publié le : 28/8/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Entre croire et savoir, faut-il choisir 	?
Zoom

Analyse du sujet :

Croire : Assentiment donné à une idée non démontrée c'est à dire non vérifiée par des procédures rationnelles, c'est à dire que croire c'est tenir pour vrai une idée dont ne sait pas si elle est vrai ou fausse. Il faut distinguer trois types de croyances : l'opinion, la superstition et la foi. La première tient pour vraie une proposition non-démontrée. (Ex. : « Je crois qu'il existe une autre forme de vie dans l'univers. «) La seconde tient pour vraie l'association entre une pratique est un effet sans que ce lien soit démontrer (Ex. : « je ne prononce jamais le mot corde sur une scène de théâtre parce que je crois que sa porte malheur. «), La troisième engage l'existence toute entière de celui qui la ressent dans un pari sur la vérité de cette croyance (Ex. : « je crois en dieu «).

Savoir : Le savoir est la somme de toutes les vérités établies par le savoir en tant qu'activité d'élaboration et de vérification - par des procédures rationnelles -  de la vérité des propositions qui le composent. Parmi les procédures de vérifications rationnelles, on peut citer la plus importante : l'expérimentation qui confronte des hypothèses à « l'épreuve « des faits.

Problématisation :

Nous nous interrogeons ici sur la constitution de la connaissance et plus particulièrement sur l'alternative posée en cette matière par l'opposition, au moins apparente, entre croire et savoir. Entre croire et savoir, faut-il choisir ? Si la croyance est identifiée à l'opinion – affirmation de la vérité d'une proposition non démontrée -, il semble justement que le savoir cherche à la réduire, par l'exercice de la vérification rationnelle, à du vrai ou à du faux, c'est à dire à du savoir. Telle semble la position de Platon lui même, comme de Gaston Bachelard. De la même façon, le savoir semble opposer à toute forme de superstitions qui se ramènent aisément à une opinion ayant pour objet l'association non démontrée d'une pratique et d'un effet. Spinoza verra justement la connaissance comme le remède à la maladie de la superstition.

Pour autant, n'y a t il pas une forme de croyance qui résiste absolument au savoir, et peut être à bon droit ? La foi, en tant qu'elle repose sur une expérience existentielle du sentiment de l'existence de dieu, semble échapper au savoir. Peut-être est-ce alors que l'objet du savoir diffère de celui de la croyance - identifiée à la foi -. Peut-on savoir si dieu existe ou n'existe pas (le démontrer donc) ou bien plutôt faut-il considéré avec Kant que c'est justement parce que son existence est aussi indémontrable que son inexistence que l'on peut, si l'on en ressent le besoin, y croire. Dans cette optique, la croyance est ramenée à un pari existentiel.

Enfin, resterait à nous demander si au fond de tous savoir ne repose pas au moins une croyance. Peut-être au moins la croyance dans la capacité de connaître ? Au fond de tous savoir ne peut-on voir, comme Nietzsche, la croyance dans le pouvoir de la raison ? Et dans ce cas, - où le savoir semblerait réduit à la croyance - il faudrait nous demander quelles conséquences cette identification du savoir pourrait avoir sur la valeur du savoir lui même ?

 



Pour répondre à l'angoisse existentielle de l'homme, pour répondre à son besoin de certitude sur le monde, rien ne vaut le savoir qui doit donc être choisis au dépens de la croyance. Problème : Il semble exister au moins une autre croyance qui soit irréductible à une opinion en ce qu'elle repose non pas sur une certitude non démontrée mais sur un pari (Pascal) : La croyance en Dieu. Transition : Comment alors comprendre le rapport entre le savoir et la croyance, comprise comme  pari existentiel sur l'existence de dieu ? 2. Entre Savoir et Croire en Dieu, rien n'oblige à choisir. Sur la question du sens du monde Kant reconnais : « J'ai du abolir le savoir pour lui substituer la croyance. « (Kant, Critique de la Raison Pure)   a) Nous l'avons vus le savoir pose, interroge, vérifie, se construit des vérités argumentées et donc éventuellement réfutables. Mais la croyance en dieu, la foi, la raison ne peut par ces procédés, la tester, en définir la vérité ou la fausseté, car l'existence de Dieu ou sa non-existence est absolument indémontrable : elle est un sentiment, une intuition, pour le croyant lui même elle n'est pas une certitude. b) La croyance en Dieu ne repose pas sur une certitude non démontrée, mais sur un pari tel que Pascal l'a montré : « Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude; et votre nature a deux choses à fuir : l'erreur et la misère. Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Entre croire et savoir, faut-il choisir 	? Corrigé de 2439 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Entre croire et savoir, faut-il choisir ?" a obtenu la note de : aucune note

Entre croire et savoir, faut-il choisir ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit