LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUSSEAU: Inégalité naturelle et inégalité p ... PLATON, La République, VIII, 562b sq. 1 (com ... >>


Partager

Epictète: le point de départ de la philosophie

Philosophie

Aperçu du corrigé : Epictète: le point de départ de la philosophie



Publié le : 9/5/2005 -Format: Document en format HTML protégé - Ecoutez ce PODCAST:Ecoutez ce PODCAST

	Epictète: le point de départ de la philosophie
Zoom

Épictète (50-130 ap. J.-C.) a reçu un enseignement stoïcien de son maître Musonius Rufus. Ces lignes portent cependant moins sur l'éthique que sur la philosophie en général. Elles soulèvent le problème de l'origine de la philosophie. L'idée directrice est la suivante : la philosophie naît du constat de la diversité contradictoire des opinions humaines. Cette diversité conduit à poser une norme nécessaire destinée à dépasser le règne de l'opinion.
 Ainsi, philosopher, c'est, contre l'incertitude, tenter de trouver une vérité de raison supérieure à l'opinion et permettant d'établir l'accord entre les hommes.
 Le texte se divise en quatre parties :
 A) « Voici [... ] tordu « : le point de départ de la philosophie : la diversité des opinions.
 B) « Est-ce [...] vérité « : dimension contradictoire ou contraire des opinions humaines.
 C) « Nous ne [...] nécessaire « : il y a une norme nécessaire.
 D) « Il y a [...] pouce ? « : l'usage rigoureux de la norme permet de philosopher.
 1. Étude ordonnée
 



Voici le point de départ de la philosophie : la conscience du conflit qui met aux prises les hommes entre eux, la recherche de l'origine de ce conflit, la condamnation de la simple opinion et la défiance à son égard, une sorte de critique de l'opinion pour déterminer si on a raison de la tenir, l'invention d'une norme, de même que nous avons inventé la balance pour la détermination du poids, ou le cordeau pour distinguer ce qui est droit et ce qui est tordu. Est-ce là le point de départ de la philosophie ? Est juste tout ce qui paraît tel à chacun. Et comment est-il possible que les opinions qui se contredisent soient justes ? Par conséquent, non pas toutes. Mais celles qui nous paraissent à nous justes ? Pourquoi à nous plu- . tôt qu'aux Syriens, plutôt qu'aux Égyptiens ? Plutôt que celles qui paraissent telles à moi ou à un tel ? Pas plus les unes que les autres. Donc l'opinion de chacun n'est pas suffisante pour déterminer la vérité. Nous ne nous contentons pas non plus quand il s'agit de poids ou de mesures de la simple apparence, mais nous avons inventé une norme pour ces différents cas. Et dans le cas présent, n'y a-t-il donc aucune norme supérieure à l'opinion ? Et comment est-il possible qu'il n'y ait aucun moyen de déterminer et de découvrir ce qu'il y a pour les hommes de plus nécessaire ? Il y a donc une norme. Alors, pourquoi ne pas la chercher et ne pas la trouver, et après l'avoir trouvée, pourquoi ne pas nous en servir par la suite rigoureusement, sans nous en écarter d'un pouce ? ÉPIcTÈTE, Entretiens.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1945 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Epictète: le point de départ de la philosophie " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit