NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Epicure: L'expérience impossible de la mort Epicure: La mort n'est rien... >>


Partager

Epicure et la tripartition des désirs

Philosophie

Aperçu du corrigé : Epicure et la tripartition des désirs



Publié le : 23/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Epicure et la tripartition des désirs
Zoom

Ce texte d'Épicure pose un problème moral : faut-il lutter contre tous les désirs ou faut-il distinguer de bons et de mauvais désirs ? Dans le second cas, comment lutter contre les mauvais désirs ?
 L'argument avancé par l'auteur consiste à accepter les désirs naturels, que la nature nous donne les moyens de satisfaire, et à rejeter les désirs vains, produits par l'imagination et la société, et impossibles à satisfaire. Les premiers procurent plaisirs et bonheur ; les seconds souffrance et agitation perpétuelle. Une stricte discipline des désirs est donc la clé du bonheur.



Maintenant, il faut parvenir à penser que, parmi les désirs, certains sont naturels, d'autres sont vains. Parmi les désirs naturels, certains sont nécessaires, d'autres simplement naturels. Parmi les désirs nécessaires, les uns le sont pour le bonheur, d'autres pour le calme du corps, d'autres enfin simplement pour le fait de vivre. En effet, une vision claire de ces différents désirs permet à chaque fois de choisir ou de refuser quelque chose, en fonction de ce qu'il contribue ou non à la santé du corps et à la sérénité de l'âme, puisque ce sont ces deux éléments qui constituent la vie heureuse dans sa perfection. Car nous n'agissons qu'en vue d'un seul but : écarter de nous la douleur et l'angoisse. Lorsque nous y sommes parvenus, les orages de l'âme se dispersent, puisque l'être vivant ne s'achemine plus vers quelque chose qui lui manque, et ne peut rien rechercher de plus pour le bien de l'âme et du corps. En effet, nous ne sommes en quête de plaisir que lorsque nous souffrons de son absence. Mais quand nous n'en souffrons pas, nous ne ressentons pas le manque de plaisir. Epicure


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1817 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Epicure et la tripartition des désirs " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit