ESPOIR, substantif masculin.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< N'y a-t-il de bonheur que perdu ? Peut-on dire du symbole qu'il n'est ni vrai ... >>


Partager

ESPOIR, substantif masculin.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : ESPOIR, substantif masculin.



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
ESPOIR, substantif masculin.
Zoom

 

ESPOIR, substantif masculin.  

A.—  Fait d\'espérer, d\'attendre avec confiance la réalisation dans l\'avenir de quelque chose de favorable, généralement précis ou déterminé, que l\'on souhaite, que l\'on désire. Espoir de bonheur, de guérison, de succès. Il se mit en route sans espoir de fuite ou de délivrance (AUGUSTIN THIERRY, Récits des temps mérovingiens, tome 2, 1840, page 83 ). Leur unique espoir était de gagner les tailles supérieures, où l\'on viendrait peut-être les délivrer (ÉMILE ZOLA, Germinal,  1885, page 1564) : 

Ø 1. Ce n\'est pas à vous, qui savez faire du courage un si noble et si utile emploi, qu\'il faut rappeler que ce sentiment ne se doit qu\'à l\'espoir d\'un succès et ne peut être prodigué pour une cause évidemment stérile.

HENRI DE LATOUCHE, LOUIS-FRANÇOIS L\'HÉRITIER. Dernières lettres de deux amans de Barcelone,  1821, page 87. 

—  Par extension. 

·    Dans l\'espoir de, que. Dans la pensée que; en ayant une opinion sur quelque chose à venir, non encore actualisé. Abeille des Clarides, princesse des Nains, je vous aime dans l\'espoir que vous m\'aimerez un jour (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Balthasar, L\'Abeille, 1889, page 227) : 

Ø 2. Bientôt, ce ne fut qu\'à la nuit que nous descendions de voiture, souvent même que nous partions de Balbec si le temps était mauvais et que nous eussions retardé le moment de faire atteler, dans l\'espoir d\'une accalmie.

MARCEL PROUST, À l\'ombre des jeunes filles en fleurs,  1918, page 808. 

·    Vieilli. En espoir (de). Dans la perspective (de); dans l\'imagination de celui qui espère : 

Ø 3.... les petites chouettes noires du cloître sans moines et du clocher sans cloches, s\'éjouissaient aux fenêtres brisées, en espoir du butin; elles interrompaient les discours.

FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND,Mémoires d\'Outre-Tombe, tome 1, 1848, page 375. 

B.—  Absolument.  [Sans complément prépositionnel] 

1. Sentiment qui incline l\'homme, l\'individu à espérer. Qu\'est-ce que l\'espoir? Une transaction du rêve avec la réalité (GUILLAUME-VICTOR-ÉMILE, DIT ÉMILE AUGIER, Un Beau mariage,  1859, IV, page 150 ). « Sala de espera «. Quelle belle langue que celle qui confond l\'attente et l\'espoir! (ANDRÉ GIDE, Journal,  1932, page 1128) : 

Ø 4. Il faudrait n\'être pas triste; il faudrait espérer; on ne donne aux gens que l\'espoir que l\'on a. Il faudrait compter sur la nature, voir l\'avenir en beau, et croire que la vie triomphera. C\'est plus facile qu\'on ne croit, parce que c\'est naturel. Tout vivant croit que la vie triomphera, sans cela il mourrait tout de suite.

ÉMILE-AUGUSTE CHARTIER, DIT ALAIN, Propos,  1909, page 60. 

Ø 5. Le « rêve « a atteint ainsi sa suprême signification; il est la porte qui s\'ouvre sur le monde intemporel, la voie par où l\'on atteint, hors de toute solitude, de tout désespoir, de toute existence séparée, à l\'espoir infini. Dès lors, la cime gravie, le mystique peut se retourner vers le monde, dont il est arrivé à se détacher...

ALBERT BÉGUIN, L\'Âme romantique et le rêve,  1939, page 213. 

—  Au pluriel, littéraire, rare. Peu à peu, le calme, le silence et l\'obscurité s\'établissent dans la grange et ensevelissent les soucis et les espoirs de ses habitants (HENRI BARBUSSE, Le Feu, 1916, page 203 ). Les immenses espoirs dont l\'armistice nous souleva (CHARLES DU BOS, Journal,  1922, page 138 ). 

2. Par métonymie.  La personne ou la chose sur qui se fonde l\'espoir de quelqu\'un. J\'aimais votre frère, lorsqu\'il était l\'espoir de sa famille; je l\'adore depuis qu\'il en est banni (JEAN-HENRI-FERDINAND LA MARTELIÈRE, Robert, chef de brigands,  1793, I, 1, page 1 ). Ma fille, enfin, c\'est toi tout l\'espoir de nos armes (JEAN PAPADIAMANTOPOULOS, DIT JEAN MORÉAS, Iphigénie à Aulis,  1903, page 239 ). 

—  Spécialement.  Personne que l\'on présume réussir dans l\'avenir dans un domaine déterminé, étant donné les qualités requises par cette spécialité et qu\'elle réunit. L\'annonce du crochet excite beaucoup les jeunes espoirs théâtraux de l\'endroit (RAYMOND QUENEAU, Loin de Rueil,  1944, page 130) : 

Ø 6. Les combats d\'espoirs commencent. Les espoirs, ou débutants, qui combattent pour le plaisir, ont toujours à coeur de le prouver en se massacrant d\'urgence, au mépris de toute technique.

ALBERT CAMUS, L\'Été,  1954, page 36. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 7 080. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 9 946, b) 8 073; XXe.  siècle : a) 9 244, b) 11 377. 




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : ESPOIR, substantif masculin.  Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "ESPOIR, substantif masculin. " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

ESPOIR, substantif masculin.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit