NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< l'Etat doit il etre fort pour protéger le dr ... l'Etat doit il tolérer toutes les opinions ... >>


Partager

l'Etat doit il reconnaître des limites à sa puissance ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : l'Etat doit il reconnaître des limites à sa puissance ?



Publié le : 16/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	l'Etat doit il reconnaître des limites à sa puissance	?
Zoom

Analyse.

 

l        Notre sujet traite de la limite possible que l'on peut, ou non, reconnaître à l'État. C'est sur cette question de limite que nous devrons comprendre la définition de l'État.

       L'État se définit comme étant une forme d'organisation politique et juridique d'un pays, ou d'une société. Il se connaît comme délimité géographiquement par les frontières du pays, ou institutionnellement par la liberté laissée aux personne ou institutions qui le compose.

       Aussi, on reconnaît deux limites à l'Etat : limites géographiques, et limites d'exercice du pouvoir.

l        Mais, ce qui apparaît ici, c'est le fait que l'État ne connaît pas, dans les limites que nous venons de voir, de limites à sa puissance. En d'autres termes, l'État est tout puissant dans son domaine. Du moins a priori.

l        Cependant, la question qui nous est posée ici concerne justement ce pouvoir. SI nous analysons la question, nous constatons par ailleurs que ce qui est remis en cause, ce n'est pas la puissance même de l'État, mais bien plutôt la capacité de celui-ci à limiter cette puissance.

l        Nous devons donc tenter de comprendre si l'État non seulement peut, mais en plus doit limiter sa puissance, et pourquoi.

       Une limitation volontaire de puissance par l'État pourrait se comprendre comme une volonté de ce dernier de donner plus de liberté à ses citoyens. On peut alors penser que l'État ne peut survivre, conserver son pouvoir qu'en admettant des limites à ce dernier.

       Mais, une telle limitation, par contre, risquerais de mettre l'État en danger. En effet, un Etat qui reconnaît ses limites en termes de pouvoir admet son incapacité face à certains événements, ou pire, certains groupes humains.

l        Aussi, nous devrons tenter de comprendre en quoi l'État peut-il avoir une obligation de limiter sa puissance (n'oublions pas que le « doit-il « de notre question porte sur une obligation), ou au contraire, s'il se doit de conserver une puissance illimitée.

l        Enfin, nous conserverons à l'esprit le fait que l'État se définit premièrement comme l'entité possédant le pouvoir. Il faudra donc toujours tenir compte du paradoxe existant d'un Etat limitant ce qui le définit premièrement.

 

Problématisation.

Le mode contemporain est monde qui fonde les sociétés sur la notion d'Etat. Cet Etat se comprend comme la puissance souveraine qui permet aux peuple une vie sûre et prospère. Mais cette définition comprend aussi une puissance absolue des Etats. Pourtant, si l'Etat est une puissance absolue, doit-il reconnaître lui même une limite à cette puissance ? Tout d'abord, pourquoi l'Etat nécessite-t-il une puissance sans limites ? Ensuite, de ce fait, pourquoi devrions-nous attribuer à l'Etat une obligation de s'autolimiter ? Enfin, nous devrons tenter de comprendre comment nous pouvons à la fois penser une limitation du pouvoir de l'Etat tout en admettant sa puissance absolue ?

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3785 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " l'Etat doit il reconnaître des limites à sa puissance ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit