NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nos erreurs sont-elles les nôtres ? Dans quel sens peut-on dire que : « Si la Rai ... >>


Partager

Examinez cette pensée de William James : « A quelque point de vue qu'on se place, le primat monstrueux conféré aux concepts universels a de quoi surprendre. Que les philosophes depuis Socrate aient lutté à qui mépriserait le plus la connaissance du particulier, et vénérerait le plus la connaissance du général, voilà qui passe l'entendement. Car enfin, la connaissance la plus vénérable ne doit-elle pas être celle des réalités les plus vénérables ! Et y a-t-il une réalité précieuse qui ne soit concrète et individuelle ? L'universel ne vaut que dans la mesure où il nous aide, par le raisonnement, à découvrir des vérités nouvelles sur des objets individuels. »

Littérature

Aperçu du corrigé : Examinez cette pensée de William James : « A quelque point de vue qu'on se place, le primat monstrueux conféré aux concepts universels a de quoi surprendre. Que les philosophes depuis Socrate aient lutté à qui mépriserait le plus la connaissance du particulier, et vénérerait le plus la connaissance du général, voilà qui passe l'entendement. Car enfin, la connaissance la plus vénérable ne doit-elle pas être celle des réalités les plus vénérables ! Et y a-t-il une réalité précieuse qui ne soit concrète et individuelle ? L'universel ne vaut que dans la mesure où il nous aide, par le raisonnement, à découvrir des vérités nouvelles sur des objets individuels. »



Publié le : 13/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Examinez cette pensée de William James : « A quelque point de vue qu'on se place, le primat monstrueux conféré aux concepts universels a de quoi surprendre. Que les philosophes depuis Socrate aient lutté à qui mépriserait le plus la connaissance du particulier, et vénérerait le plus la connaissance du général, voilà qui passe l'entendement. Car enfin, la connaissance la plus vénérable ne doit-elle pas être celle des réalités les plus vénérables ! Et y a-t-il une réalité précieuse qui ne soit concrète et individuelle ? L'universel ne vaut que dans la mesure où il nous aide, par le raisonnement, à découvrir des vérités nouvelles sur des objets individuels. »
Zoom


 

 Ce texte extrait du Précis de Psychologie de W. James est un des rares passages de l'ouvrage où transparaissent les idées métaphysiques de l'auteur du « Pragmatisme «. Dans un chapitre relatif à la « Fabrication des concepts « James, refusant de choisir entre les nominalistes et les conceptualistes, saisit l'occasion qui lui est offerte de critiquer la « superstition de l'abstrait «. Ce qu'il admire, c'est que « des pensées diverses puissent se fixer sur le même objet «. Quant à la nature plus ou moins abstraite, plus ou moins générale de l'objet en question, elle n'implique nullement pour être saisie un progrès correspondant dans l'échelle des fonctions mentales. L'auteur refuse donc d'admettre que la capacité de parvenir à des notions plus abstraites soit le signe d'un niveau intellectuel plus élevé. De telles indications qui résument à peu près le contexte psychologique du passage proposé à notre explication trouvent leur source bien plutôt que leur aboutissement dans l'idée fondamentale de ce passage lui-même : à savoir le refus de considérer le type de réalité dégagé par le concept* abstrait comme représentatif d'une forme supérieure de l'être. C'est là, en effet, une thèse qu'aucun lien nécessaire ne rattache aux considérations psychologiques exposées ci-dessus, mais qui s'explique en revanche de manière très complète par les idées métaphysiques de James.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3274 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Examinez cette pensée de William James : « A quelque point de vue qu'on se place, le primat monstrueux conféré aux concepts universels a de quoi surprendre. Que les philosophes depuis Socrate aient lutté à qui mépriserait le plus la connaissance du particulier, et vénérerait le plus la connaissance du général, voilà qui passe l'entendement. Car enfin, la connaissance la plus vénérable ne doit-elle pas être celle des réalités les plus vénérables ! Et y a-t-il une réalité précieuse qui ne soit concrète et individuelle ? L'universel ne vaut que dans la mesure où il nous aide, par le raisonnement, à découvrir des vérités nouvelles sur des objets individuels. »" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit