NoCopy.net

l'exclusion sociale

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dissertation_inflation l'étranger le meutre de l'arabe partie 1 + in ... >>


Partager

l'exclusion sociale

Cours

Aperçu du corrigé : l'exclusion sociale



document rémunéré

Document transmis par : nabilus-191446


Publié le : 15/1/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
l'exclusion sociale
Zoom




L'EXCLUSION




GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

SOCIOLOGIE





[pic]






Nadia - Nabil Marmich - Ismaila Zoungrana


INTRODUCTION



Le mot Exclusion avec sa connotation socio-économique, est apparu dans les
années 70.
Il s'agissait alors de qualifier l'exclusion par rapport à la croissance
économique, de distinguer la partie de la population qui jouait un rôle
dans les affaires, qui profitait du développement, et celle que l'on
pouvait négliger économiquement avant d'en accepter la marginalisation
sociale.
Le mot est d'ailleurs assez imprécis et son origine remonte au XIXème
siècle.

Ainsi l'exclusion sociale est devenu un thème politique des plus importants
à l'heure actuelle en Europe.

Tout d'abord nous commencerons par une synthèse sur l'article que nous
avons étudier, ensuite nous évoquerons les facteurs économiques liés au
travail mais aussi , les facteurs économiques liès à la classe sociale
d'origine d'un indivudu.
Nous verrons ensuite les facteurs sociaux et pour finir, nous débattrons
sur le sujet.










Synthèse de l'article : « L'exclusion est aussi liée à une faille
personnelle « de Vincent Gaulejac, sociologue.



Nous vivons dans un monde de crise, beaucoup sont ceux qui sont victimes de
désinsertion sociale. Le pourcentage de la population active qui occupait
un emploi était beaucoup plus élevé en 1975 comparé à aujourd'hui. En
effet, la diminution de ce taux peut s'expliquer par les situations
particulières d'emplois (CDD, stages, contrats intérimaires, ...). Le
travail permet d'accéder à la dignité, à l'estime de soi. Il permet d'être
conforme à la norme sociale ainsi que valoriser des qualités individuelles
et de se sentir intégré dans une société. Or, pour avoir un statut social,
il faut être titulaire d'un CDI, ce que ne permettent pas ni certaines
activités dévalorisées, ni les emplois précaires.

Les entreprises d'aujourd'hui sont obsédées par la volonté de puissance,
elles détruisent les plus faibles et provoquent ainsi de l'exclusion.
Certaines directions classent les emplois en 3 catégories : des employés à
temps plein dont les compétences et l'expérience sont indispensables à la
vie de l'entreprise, un ensemble d'employés à temps partiel en fonctions
des besoins et enfin des personnes extérieurs appelés en cas de besoin. La
croissance accélère le processus d'automatisation de la production, de
délocalisation et donc de destruction de l'emploi et beaucoup de personnes
se retrouvent au chômage. Ce qui définit la situation d'un chômeur, c'est
l'absence d'insertion dans le monde du travail et le maintien temporaire
des ressources. Le statut économique n'est pas un facteur d'explication
suffisant pour entraîner une personne dans une spirale d'exclusion.
D'après Gaulejac Vincent, « elle est aussi liée à une faille personnel «.
La perte d'emploi se combine presque toujours à des fragilités plus
personnelles. Pour l'auteur, le phénomène important dans l'exclusion est le
processus qui conduit au déclassement : la désinsertion sociale. Elle
consiste en une approche individuelle. Il s'intéresse à ce qui est arrivé
aux personnes, leurs histoires de vie. Ça peut arriver à n'importe qui.

Une rupture affective ou un problème de santé peut déclencher la
désinsertion. L'individu en difficulté perd peu à peu ses attaches
(famille, amis, travail). Elle est le résultat d'une triple rupture :
économique, sociale et symbolique. Dans cette dernière, elle fait plutôt
référence au regard que la société porte sur ces personnes, celles-ci sont
perçues le plus souvent d'une manière négative. La désinsertion sociale
correspond également à un décalage entre la manière dont l'individu se
perçoit et la manière dont il est vu par les autres.

Ce qui caractérise l'exclusion est alors la perte d'emploi, une absence des
ressources, de réseaux de solidarités matérielles,... L'auteur observe 3
étapes de réaction : une phase de résistance, où la personne cherche à
retrouver son statut antérieur.

Ensuite vient la phase d'adaptation, étant donné que la personne n'arrive
pas à retrouver son statut antérieur, elle se fait un nouveau mode de vie
où le sentiment d'appartenance à son ancien groupe social diminue.
Enfin, la phase d'installation, l'individu renonce alors aux valeurs qu'il
avait et devient indifférent à ce que les autres peuvent penser. En résu...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : l'exclusion sociale Corrigé de 937 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "l'exclusion sociale " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

l'exclusion sociale

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit