NoCopy.net

L'existentialisme sartrien ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Essence et existence ? L'angoisse existentielle ? >>


Partager

L'existentialisme sartrien ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'existentialisme sartrien ?



Publié le : 22/1/2010 -Format: Document en format HTML protégé

	L'existentialisme sartrien	?
Zoom

Un an après la Libération, les Français commencent à découvrir l'existentialisme. Dans cette doctrine, suivant le mot de Sartre, «l'existence précède l'essence«, c'est-à-dire que l'homme existe avant d'être. C'est l'homme lui-même qui doit donner un sens à sa propre vie. Etre, c'est se choisir par un libre engagement, d'où l'angoisse métaphysique de l'homme, condamné à être libre, qui ressent à la fois le néant d'où il sort, l' «absurdité« d'exister et son inquiétude pour accéder à l'être. Cette doctrine avait déjà ses lettres de noblesse avec les philosophes Søren Kierkegaard (1813-1855), Karl Jaspers (1883-1969), Gabriel Marcel (1889-1973), alors que Martin Heidegger (1889) a des disciples dans le monde entier. En France, deux penseurs du courant existentialiste athée se sont imposés : Jean-Paul Sartre, avec l'Etre et le Néant (1943), et Maurice Merleau-Ponty avec Phénoménologie de la perception (1945). Mais seule l'audience de Sartre dépasse les limites d'un cercle d'initiés car il s'exprime aussi par la nouvelle ou le roman (la Nausée, 1938) et le théâtre (les Mouches, 1943). Le climat de l'époque était favorable à la diffusion de cette philosophie pessimiste, prise de conscience douloureuse de n'exister que parle devenir, réalisation d'un plus-être nécessitant de chacun le choix et l'engagement dans une totale liberté.
 En 1946, Jean-Paul Sartre lance les Temps modernes, revue littéraire politiquement engagée où se retrouvent les premiers disciples, Simone de Beauvoir, Michel Leiris, etc. Nombre d'écrivains sont alors, ou vont être, classés «existentialistes« parmi lesquels Albert Camus (le Mythe de Sisyphe, 1942), Eugène Ionesco, Samuel Beckett, Jean Genet, qui sont initialement marqués par le thème de l'absurdité de la vie et de l'Histoire. Sartre s'est voulu très proche du parti communiste, mais les théoriciens marxistes coupent les ponts, tenant l'existentialisme pour une philosophie bourgeoise.
 Pour les Parisiens, l'existentialisme apparaît surtout comme un style de vie, né dans les caves de Saint-Germain-des-Prés. Si le pape en est Jean-Paul Sartre, trônant au «Flore«, les deux vestales se nomment Juliette Greco et Anne-Marie Cazalis, qui officient au «Tabou« ou à la «Rose-Rouge«. Jacques Prévert, Raymond Queneau, Boris Vian y côtoient Sidney Bechet et Claude Luter, qui apportent le style New Orléans, des artistes et aussi beaucoup de jeunes, pour qui l'existentialisme est une mode vestimentaire et un comportement délibérément extravagant. Sous bien des aspects ce phénomène social et parisien eut des répercussions importantes sur la vie culturelle des premières années de l'après-guerre. Et l'existentialisme philosophique, aujourd'hui passé de mode, est toujours présent dans la pensée de ceux qui se réclament du structuralisme.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	L'existentialisme sartrien	? Corrigé de 1606 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " L'existentialisme sartrien ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

L'existentialisme sartrien ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit