Exister, est-ce risquer sa vie ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le temps se réduit-il au nombre ? Sait-on ce qu'est mourir ? >>


Partager

Exister, est-ce risquer sa vie ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Exister, est-ce risquer sa vie ?



Publié le : 22/7/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Exister, est-ce risquer sa vie	?
Zoom

Dans le langage courant, risquer sa vie signifie l’exposer à un danger, en l’occurrence celui de la mort. Risquer sa vie c’est donc risquer la mort, de sorte que la vie, l’existence, a tout intérêt à éviter de prendre ce risque si elle ne veut pas par là même se détruire. Mais le risque de la mort est partout, et il n’est pas facile de l’éviter : lorsque je traverse la rue, lorsque je prend l’avion, dans quantité d’actes de ma vie quotidienne, je m’expose toujours à un danger de mort. Ne pas risquer sa vie signifierait alors mener une existence frileuse, loin de monde, close sur elle-même et, en définitive, sans intérêt. Dès lors, la valeur de notre existence, son sens, ne viendraient-ils pas précisément du risque fatal que nous lui faisons courir sans cesse ? Il faudrait alors donner raison à la sagesse populaire lorsqu’elle dit que « qui ne risque rien n’a rien «. Il se pourrait bien en effet que la prise de risque, quant à notre vie, soit la condition de notre existence en tant qu’homme.

 



C'est là le sens premier, étymologique du mot exister : se tenir hors de, sortir de son être en latin. Le risque est donc la marque, et même la condition d'une existence proprement humaine : exister, c'est-à-dire se réaliser comme conscience, n'est possible qu'en mettant sa vie en jeu, dans l'affrontement avec une autre conscience.     III - Faire le choix de risquer sa vie, pour donner un sens à son existence   -         L'existence n'est pas seulement nécessité de risquer sa vie, elle est aussi liberté de choisir dans quel sens la risquer. Exister c'est en effet choisir, être libre, au sens où rien ne nous détermine a priori. C'est en ce sens que Sartre écrit que « l'existence précède l'essence ». Cela signifie que l'existence humaine diffère radicalement de la façon dont les objets sont : tandis qu'un objet est d'abord en essence, c'est-à-dire en idée dans l'esprit de son fabricant, avant d'exister, d'être réalisé, l'homme n'est au contraire pas construit sur un modèle dessiné à l'avance et dans un but précis. Il n'a pas d'essence, qui déterminerait son existence comme un programme à réaliser, il existe tout simplement, sans déterminisme préalable. Cela implique que l'homme doit en permanence faire des choix, inventer lui-même sa propre existence, puisqu'il n'obéit à aucun schéma préconçu, à aucune essence. Dès lors notre existence, puisqu'elle est tout entière tissée de liberté, consiste en un risque perpétuellement reconduit : lorsque nous choisissons, nous le faisons sans connaître toutes les conséquences de notre choix, nous nous risquons donc à des mauvais choix, qui peuvent aller jusqu'à nous ôter la vie. Choisir son existence, c'est donc se mettre en danger par l'incertitude que représente chaque choix.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Exister, est-ce risquer sa vie	? Corrigé de 1565 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Exister, est-ce risquer sa vie ?" a obtenu la note de : aucune note

Exister, est-ce risquer sa vie ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit