LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La crise de 1929 (histoire) L'Europe en 1929 (URSS non comprise) >>


Partager

L'exode des petits fermiers du Middle West et du Sud chassés par la crise

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : L'exode des petits fermiers du Middle West et du Sud chassés par la crise



Publié le : 11/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

L'exode des petits fermiers du Middle West et du Sud chassés par la crise
Zoom



«... Sur ces entrefaites arriva la masse des expatriés, attirée par le mirage de l'Ouest; du Kansas, de l'Oklahoma, du Texas, du Nouveau Mexique, du Nevada, et de l'Arkansas, par familles, par tribus entières ils s'amenèrent, chassés par la poussière, chassés par les tracteurs. Des charretées, des caravanes de sans-logis affamés : vingt mille, cinquante mille, cent mille, deux cent mille. Ils déferlaient par-dessus les montagnes, ventres creux, toujours en mouvement — pareils à des fourmis perpétuellement affairées, en quête de travail — de quelque chose à faire — de quelque chose à soulever, à pousser, à hisser, à traîner, à piocher, à couper — n'importe quoi, n'importe quel fardeau à porter en échange d'un peu de nourriture. Les gosses ont faim. Nous n'avons pas de toit. Pareils à des fourmis perpétuellement affairées, en quête de travail, de nourriture et surtout de terre...

... Ils avaient faim et ils devenaient enragés. Là où ils avaient espéré trouver un foyer, s ils ne trouvaient que de la haine. Des Okies. Les propriétaires les détestaient parce qu'ils se savaient amollis par trop de bien-être, tandis que les Okies étaient forts, parce qu'ils l étaient eux-mêmes gras et bien nourris, tandis que les Okies étaient affamés ; et peut-être leurs grands-pères leur avaient-ils raconté comme il est aisé de s'emparer de la terre

d'un homme indolent quand on est soi-même affamé, décidé à tout et armé. Les propriétaires les détestaient. Et dans les villes et les villages, les commerçants les détestaient parce qu'ils n'avaient pas d'argent à dépenser. Pour s'attirer l'aversion d'un boutiquier, il n'est pas de plus sûr moyen; leur estime et leur admiration étant orientées exactement dans le sens opposé. Les citadins, les petits banquiers, détestaient les Okies parce qu'il n'y avait rien à gagner sur leur dos. Ils ne possédaient rien. Et la population ouvrière détestait les Okies parce qu'un homme qui a faim a besoin de travailler et s'il doit travailler, s'il a absolument besoin de travailler, alors l'employeur lui paie automatiquement un J salaire moindre; et par la suite, personne ne peut obtenir plus...
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1093 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'exode des petits fermiers du Middle West et du Sud chassés par la crise" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit