NoCopy.net

Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La culture nous elle libre Texte bac: Le Pouvoir des Fables >>


Partager

Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve

Philosophie

Aperçu du corrigé : Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve



document rémunéré

Document transmis par : hugo1217-303635


Publié le : 23/3/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve
Zoom

Dans ce texte de Machiavel, le problème soulevé est : l’homme est-il entièrement soumis à la fortune, au sort (c’est à dire à la chance ou malchance) ? Machiavel, dans ce texte , va adopter une position mitoyenne face à cette interrogation, puisqu’il va affirmer que la fortune est maîtresse sur environ la moitié de nos actions, et que l’homme est libre d’agir sur l’autre moitié. Machiavel, pour étayer sa démonstration commence par énoncer l’opinion commune, (qui est la croyance au Destin), puis il la réfute en s’appuyant sur une métaphore, celle d’une rivière en crue, qui figure de manière imagée la force du sort.

 

Ce texte de Machiavel comprend deux mouvements. Le premier mouvement va du début du texte jusqu’au terme « cependant« , mot de liaison qui marque le tournant du texte. Dans ce premier mouvement du texte, l’auteur va exposer les tenants et les aboutissants de l’opinion commune, c’est à dire de la croyance au sort, ou encore croyance au Destin.  Dans le deuxième mouvement du texte, Machiavel, après avoir exposé les principaux principes et conséquences de la croyance au destin va la réfuter, en ayant recours à une métaphore; celle d’une rivière en crue.

 

Le texte débute donc ainsi : « Je n’ignore pas cette croyance fort répandue ». Machiavel commence par affirmer que la croyance à la puissance du sort est fort commune puisqu’il la qualifie de « fort répandue« . Et elle est tellement répandue, qu’on ne peut sans doute pas l’ignorer, et l’auteur , évidemment ne l’ignore pas, comme il le dit lui-même: « Je n’ignore pas« . Mais ce n’est pas parce qu’il connaît cette thèse et qu’il l’expose, qu’il y adhère. Machiavel adopte ici véritablement une démarche philosophique puisqu’il n’adhère pas à la thèse présentée (la croyance au Destin), mais il sait que pour critiquer une opinion, il faut la connaître et en démonter les rouages et implications. On ne saurait critiquer et réfuter ce qu’on est incapable d’exposer clairement, c’est à dire  ce qu’on est incapable de concevoir. on ne peut critiquer  objectivement ce qu’on ne connaît pas.

 

Cette croyance, Machiavel la résume ainsi : « les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu ». Autrement dit, pour les hommes, la force du sort relève soit d’un hasard aveugle (« fortune« ), soit elle provient de Dieu qui nous aurait « tracé notre vie à l’avance » selon l’expression populaire, (soit donc, la croyance au Destin relève de la superstition religieuse).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve Corrigé de 4924 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve" a obtenu la note de : aucune note

Explication de texte , MACHIAVEL , le Prince: la fortune et le fleuve

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit