NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Vous expliquerez ce passage de La Confession ... WALTER SCOTT >>


Partager

Expliquez et commentez ce portrait satirique, d'un jeune romantique : Jusqu'à ce jour, Daniel Jovard avait eu un front, mais à peu près comme M. Jourdain parlait en prose, sans s'en douter; il n'y avait pas fait la moindre attention. Ce front n'était ni très haut ni très bas, c'était tout naïvement un honnête homme de front qui ne pensait pas à autre chose. Daniel résolut de s'en faire un front incommensurable, un front de génie, à l'instar des grands hommes d'alors. Pour cela, il se rasa un pouce ou deux de cheveux : ce qui l'agrandit d'autant, et se dégarnit tout à fait les tempes : au moyen de quoi il se procura un haut de tête aussi gigantesque que l'on pût raisonnablement l'exiger. (Les Jeune-France, romans goguenards, 1833).

Littérature

Aperçu du corrigé : Expliquez et commentez ce portrait satirique, d'un jeune romantique : Jusqu'à ce jour, Daniel Jovard avait eu un front, mais à peu près comme M. Jourdain parlait en prose, sans s'en douter; il n'y avait pas fait la moindre attention. Ce front n'était ni très haut ni très bas, c'était tout naïvement un honnête homme de front qui ne pensait pas à autre chose. Daniel résolut de s'en faire un front incommensurable, un front de génie, à l'instar des grands hommes d'alors. Pour cela, il se rasa un pouce ou deux de cheveux : ce qui l'agrandit d'autant, et se dégarnit tout à fait les tempes : au moyen de quoi il se procura un haut de tête aussi gigantesque que l'on pût raisonnablement l'exiger. (Les Jeune-France, romans goguenards, 1833).



Publié le : 6/5/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Expliquez et commentez ce portrait satirique, d'un jeune romantique : Jusqu'à ce jour, Daniel Jovard avait eu un front, mais à peu près comme M. Jourdain parlait en prose, sans s'en douter; il n'y avait pas fait la moindre attention. Ce front n'était ni très haut ni très bas, c'était tout naïvement un honnête homme de front qui ne pensait pas à autre chose. Daniel résolut de s'en faire un front incommensurable, un front de génie, à l'instar des grands hommes d'alors. Pour cela, il se rasa un pouce ou deux de cheveux : ce qui l'agrandit d'autant, et se dégarnit tout à fait les tempes : au moyen de quoi il se procura un haut de tête aussi gigantesque que l'on pût raisonnablement l'exiger. (Les Jeune-France, romans goguenards, 1833).
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Expliquez et commentez ce portrait satirique, d'un jeune romantique : Jusqu'à ce jour, Daniel Jovard avait eu un front, mais à peu près comme M. Jourdain parlait en prose, sans s'en douter; il n'y avait pas fait la moindre attention. Ce front n'était ni très haut ni très bas, c'était tout naïvement un honnête homme de front qui ne pensait pas à autre chose. Daniel résolut de s'en faire un front incommensurable, un front de génie, à l'instar des grands hommes d'alors. Pour cela, il se rasa un pouce ou deux de cheveux : ce qui l'agrandit d'autant, et se dégarnit tout à fait les tempes : au moyen de quoi il se procura un haut de tête aussi gigantesque que l'on pût raisonnablement l'exiger. (Les Jeune-France, romans goguenards, 1833).




 

Ce portrait est extrait du roman satirique de Gautier, Les Jeune-France, dans lequel il plaisante la jeunesse romantique d'après 1830, souriant de ses propres outrances et de celles de ses amis.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 655 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Expliquez et commentez ce portrait satirique, d'un jeune romantique : Jusqu'à ce jour, Daniel Jovard avait eu un front, mais à peu près comme M. Jourdain parlait en prose, sans s'en douter; il n'y avait pas fait la moindre attention. Ce front n'était ni très haut ni très bas, c'était tout naïvement un honnête homme de front qui ne pensait pas à autre chose. Daniel résolut de s'en faire un front incommensurable, un front de génie, à l'instar des grands hommes d'alors. Pour cela, il se rasa un pouce ou deux de cheveux : ce qui l'agrandit d'autant, et se dégarnit tout à fait les tempes : au moyen de quoi il se procura un haut de tête aussi gigantesque que l'on pût raisonnablement l'exiger. (Les Jeune-France, romans goguenards, 1833)." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit