LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « L'imagination, disait Plutarque, est doubl ... Commenter cette opinion d'un penseur contemp ... >>


Partager

Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquence de la personnalité et nullement son constitutif (DALBIEZ). ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquence de la personnalité et nullement son constitutif (DALBIEZ). ?



Publié le : 15/6/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquence de la personnalité et nullement son constitutif (DALBIEZ).	?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquence de la personnalité et nullement son constitutif (DALBIEZ). ?



Cette unique question englobant les trois sujets entre lesquels les candidats avaient à choisir nous invite à proposer un exercice de réflexion sur le travail si important du choix préliminaire à tout travail de composition. Je lis d'abord les premiers mots qui me signifient ce qui est demandé de moi : expliquez et discutez. Indications précieuses : s'il faut expliquer les assertions qui suivent, c'est qu'elles ne sont pas très claires et, si elles me paraissent lumineuses, c'est peut-être que je ne les comprends pas très bien et qu'il serait prudent de m'attarder un peu à les examiner; s'il faut les discuter, c'est que leur vérité n'est pas évidente et que d'autres, sans doute, ont émis des opinions différentes. Normalement, le plan comportera d'abord une explication et ensuite une discussion; mais les deux parties sont intimement solidaires l'une de l'autre : la discussion consiste le plus souvent, non pas à prouver qu'une proposition est vraie ou fausse, mais à distinguer plusieurs interprétations ou plusieurs explications de la même formule, puis à montrer qu'une seule est acceptable. Ne passons pas à pieds joints sur la fin de la petite proposition préliminaire : il y a un mot qui peut nous donner une indication. L'objet de la dissertation est une assertion, et non pas une grande théorie, ni, à plus forte raison, un système. Sans doute, tout se tient en philosophie et la position prise dans une question apparemment secondaire peut avoir des répercussions indéfinies; il n'en est pas moins vrai qu'il est des discussions qui en elles-mêmes n'ont pas une grande portée. Souvent, le débat tourne autour des mots et se ramène à cette question : peut-on s'exprimer ainsi ou vaudrait-il mieux adopter une autre formule ? Sans doute, la présence du mot « assertion » dans le texte n'est pas une preuve que telle est bien la pensée du professeur qui a rédigé la question: elle m'invite du moins à orienter mes recherches de ce côté et à réfléchir sur le sens des mots : on ne s'attarde jamais trop à faire l'exégèse des textes proposés, et la majorité des devoirs mal traités sont manqués pour avoir négligé d'en faire le mot à mot.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2155 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Expliquez et discutez l'une des trois assertions suivantes : 1° la perception est une hallucination vraie (TAINE); 2° les enfants, n'étant pas capables de jugement, n'ont pas de véritable mémoire (ROUSSEAU); 3° en réalité, la conscience est une conséquence de la personnalité et nullement son constitutif (DALBIEZ). ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit