LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< l'expression "inégalités naturelles" n'est-e ... l'habitude est-elle un obstacle a la créatio ... >>


Partager

l'expression perdre sa liberté a-t-elle un sens ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : l'expression perdre sa liberté a-t-elle un sens ?



Publié le : 18/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	l'expression perdre sa liberté a-t-elle un sens	?
Zoom

Pour le sens commun, l'expression " perdre sa liberté " signifie souvent être enchainé par un contrat à un autre individu ou à une institution. Dans le mariage par exemple, on échange sa jeunesse insouciante contre un ensemble de contraintes sociales, psychologiques et juridiques. On perd donc sa liberté lorsqu'on n'a plus le pouvoir et le droit de s'adonner à la satisfaction de ses désirs individuels, lorsqu'une vie vie responsable d'adulte se substitue à celle de quelque chose que l'on possède et qui ne constitue pas notre nature profonde, comme un élément surajouté qui peut nous être enlevé sans nous détruire. La liberté serait alors quelque chose d'accessoire, de secondaire. Or, la liberté n'est-elle pas l'essence même de l'homme, ce qui donc ne peut disparaître sans aliéner la personne humaine?



Que signifie l'idée de perdre sa liberté ? Qu'implique-t-elle ? La liberté est-elle innée ou est-elle acquise ? A priori la liberté est considérée dans nos sociétés comme un droit, acquis, pour lequel les hommes se battent pour le garder. Ceci signifie donc que la liberté pourrait être perdue. Cette idée de possibilité de perdre sa liberté, de légitimité de la perdre, ne semble pas discutable puisque l'on pourrait le prouver par des exemples multiples : ainsi de l'esclavage, ainsi des prisons, ainsi des dictatures. Mais ce faisant on comprend la liberté comme seule absence de contraintes. Cette liberté-là n'est pas satisfaisante. La liberté peut disparaître, même en dehors d'un critère de contrainte. Des passions, des déterminismes sociaux ou des mobiles inconscients influent et agissent sur nous et orientent nos pensées et volontés — à notre insu. Ainsi, cette liberté que je crois posséder pourrait être considérée comme une illusion de la conscience. Pour quelles raisons pourrait-on perdre sa liberté, nous l'ôter ? N'est-elle pas irréductible ? Du moins en principe : l'homme ne naît-il pas libre ? Si l'homme est originellement libre, peut-il perdre quelque chose qui participe de son essence ou de sa dignité ? La question est donc de savoir si la liberté est inaliénable, et de ce point de vue une réflexion est nécessaire sur la question du fait et du droit. De plus, si la liberté est une illusion, un leurre, alors il est impossible de perdre sa liberté puisque par principe on ne peut perdre ce que l'on ne possède pas. Dans la Lettre à Schuller, Spinoza montre que l'homme se croit libre par ignorance des causes qui le poussent à agir mais qu'en réalité, il est de part en part déterminé. Mais la connaissance de ces déterminations est une libération : on ne peut perdre sa liberté, mais on peut l'acquérir en augmentant notre puissance d'agir, en augmentant notre connaissance. Références utiles : Du contrat social de Rousseau, l'Existentialisme est un humanisme de Sartre, ou le Manuel d'Épictète.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4513 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " l'expression perdre sa liberté a-t-elle un sens ?" a obtenu la note de :

9 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit