NoCopy.net

Est-ce faiblesse que de croire?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dois-je le respect à autrui? Pensez-vous que la lecture des fables et des ... >>


Partager

Est-ce faiblesse que de croire?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce faiblesse que de croire?



Publié le : 5/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Est-ce faiblesse que de croire?
Zoom

Analyse du sujet :

Ø  « Faiblesse « : peut être de deux sortes : 1- physique ; elle s’oppose alors à la force entendue comme ce qui a pour principe d’anéantir toute résistance, c’est-à-dire toute force contraire à son mouvement propre 2- morale ; elle s’oppose alors à la volonté pour désigner une certaine conduite de vie relâchée, c’est-à-dire un manque de caractère et de fermeté.

Ø  « Croire « : la forme infinitive est importante : il s’agit de considérer la croyance dans son caractère dynamique. N’étant donc pas ici réductible à sa seule forme dogmatique, la croyance devra donc être envisagée au-delà de sa dimension religieuse. « Croire « indique qu’il s’agit de questionner une opération subjective, un acte mental, et non un objet de croyance ( = ce qui est cru importe moins que la façon dont on y adhère)

Ø  Globalement la difficulté du sujet vient de que la croyance peut recevoir une valeur positive et négative :

-          en tant qu’opinion incertaine, croire est faiblesse au regard du savoir qui implique effort rationnel, quête du vrai qui exige détermination et persévérance.

-          en tant qu’acte de foi, croire est force puisque la conviction est soutenue par un investissement personnel.

Ø  Finalement tout le problème consiste à examiner ce qui du « tenir « (= marque d’une tension, d’un mouvement volontaire) ou du « pour vrai « (= marque du semblant, où « comme si « = imagination < raisonnement conceptuel) importe dans l’          acte de croire.

 

Problématique : la faiblesse, parce qu’elle consiste en une absence de force, d’énergie physique, morale ou intellectuelle permettant à une personne de s’imposer ou d’agir, permet de rendre compte d’un certain type de croyance : celui qui croit est victime d’illusions, de préjugés ou d’opinion car il ne dispose pas de la volonté nécessaire à l’exercice de l’esprit critique et de la raison. Pourtant, croire, en tant qu’il s’agit d’un acte d’attribution d’une valeur de vérité, semble tout de même impliquer la volonté du sujet qui croit. La croyance n’est pas seulement subie mais elle semble aussi d’une certaine façon produite. Dès lors, est-ce faiblesse que de croire ou bien peut-on soutenir que croire implique un investissement ferme et volontaire du sujet ? La croyance doit-elle être valorisée ou dépréciée ?



.. » [1] -, la croyance se dilue et s'exténue en deçà même de l'opinion plus ou moins fondée, pour rejoindre la conjecture la plus hasardeuse et la plus gratuite, l'impression la moins contrôlée. A l'autre extrémité - celle du « croire en... » [2] - , la croyance désigne non seulement un haut degré subjectif de conviction, mais un engagement intérieur et, si l'on peut dire, une implication de tout l'être dans ce en quoi ou celui en qui l'on croit. » (Paul Ricoeur)   3-      Les concepts d'opinion et de foi font varier la valeur de la croyance   L'articulation de la faiblesse et de la croyance est pertinente lorsqu'il s'agit de mettre en évidence la certitude propre à la connaissance. Croire semble faiblesse pour autant que la croyance occupe l'espace délaissé par la raison, c'est-à-dire le domaine de la preuve et de la recherche du vrai. Toutefois, agir engage la croyance et croire devient alors une force et c'est au contraire la raison qui doit s'incliner : s'efforcer de démontrer a priori s'il y aura une bataille navale demain peut nuire à l'action. On voit donc que croire peut être à la fois, faiblesse et force selon que l'on pense la croyance relativement à l'opinion ou relativement à la foi : ·         dans le premier cas, l'opinion, ou intelligence paresseuse clouée au corps et aux sens, tire la croyance du côté de la faiblesse, et donc contribue à justifier l'estimation valorielle qu'on lui attribue ·         dans le second cas, la foi au sens large de confiance, crédit volontaire et reconnu, fait gagner à la croyance un surplus de sens et de valeur.   Cependant, l'opinion et la foi sont des concepts dont la valeur est aussi variable. Par exemple, Aristote, dans la Rhétorique, montre que la doxa joue un rôle axial dans les débats démocratiques et que le rôle de l'orateur n'est pas de démontrer mais bien de persuader (démonstration est réservée aux géomètres qui ne jouent aucun rôle dans l'administration d'une cité). De même, le croyant peut être le superstitieux aux yeux de l'incroyant, et la vaillance machiavélienne n'est pas que force ( la fameuse formule selon laquelle « la fin justifie les moyens » est loin d'aller de soi).


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Est-ce faiblesse que de croire?	Corrigé de 3050 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Est-ce faiblesse que de croire? " a obtenu la note de : aucune note

Est-ce faiblesse que de croire?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit