NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La culture n'est-elle qu'une forme de croyanc ... La religion est-elle la forme la plus achevée ... >>


Partager

Faut-il être crédule pour croire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il être crédule pour croire ?



Publié le : 17/3/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Faut-il être crédule pour croire ?
Zoom

Analyse du sujet :

-          Formellement, l’énoncé du sujet engage de questionner une nécessité (« faut-il «). Plus précisément, il est question d’un impératif hypothétique : « être crédule « est-il la condition de la croyance ?

-          « être crédule « = état de celui qui fait preuve de crédulité, c’est-à-dire d’une croyance naïve. La crédulité désigne le fait de faire confiance ou de donner son crédit de façon irréfléchie.

-          La difficulté du sujet tient à la proximité sémantique entre « crédulité « et « croyance « ; les deux désigne le fait de donner son assentiment, d’adhérer à une proposition en la « tenant pour vraie «, en faisant comme si cela était vrai.

-          Le problème consiste donc à examiner s’il y a au fondement de cette attitude une certaine naïveté : croire suppose-t-il toujours une certaine ignorance, un manque de jugement ?

 

 

Problématique : ne croit-on que par défaut d’intelligence ? La crédulité est-elle la seule source des croyances ou bien celles-ci peuvent-elles être réfléchies et raisonnables ?



-          Autrement dit, ne faut-il pas aussi être raisonnable pour croire ? La croyance ne peut-elle être, dans certains cas, une preuve d'intelligence ?   2-      Il ne faut pas être crédule pour croire   Considérons l'argument des « futurs contingents » présenté par Aristote avec son exemple fameux de la bataille navale qui aura lieu demain : si je décide de déclencher une guerre, il me faut au préalable croire que je remporterais la victoire - puisque, la guerre peut indifféremment être ou non remportée par mon armée. Autrement dit, décider d'agir implique de croire à la pertinence de sa décision puisque toute décision a lieu sur fond d'incertitude. Rester indécis sous prétexte que croire n'est pas savoir, dans le domaine de l'action, est un défaut d'intelligence. Autrement dit, l'intelligence et la « jugeote » ne se manifeste pas seulement dans la pensée discursive, elle est nécessaire à l'action et elle se manifeste dans ce domaine par une promptitude à donner son crédit à une proposition possible. Dès lors, il faut être déterminé pour croire ; cette détermination dans l'action, ou capacité à saisir le kairos, moment opportun, est par exemple appelé « virtu », ou « vaillance » par Machiavel, et non « crédulité ».   Transition : -          Parce que la croyance est requise dans l'action efficace, on ne saurait en dégager l'origine dans la crédulité : là où le crédule ignore que ce qu'il croit ne l'est pas, celui qui croit a conscience de croire (d'ignorer quelle sera l'issue véritable de son action). -          En un mot, croire ne consiste pas seulement à être abusé : il s'agit aussi de celui qui croit fait preuve de volonté, c'est-à-dire de détermination et de persévérance dans la poursuite d'une fin qu'il se donne, et n étant foncièrement actif, on ne saurait dire qu'il s'agit de crédulité. §  Cependant, comment expliquer cette ambiguïté qui persiste lorsqu'il s'agit d'évaluer l'intelligence de celui qui croit ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1452 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il être crédule pour croire ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit