LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le Balcon, Baudelaire Commentaire de la scène d'exposition de la ca ... >>


Partager

Faut-il se méfier de sa conscience ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il se méfier de sa conscience ?



document rémunéré

Document transmis par : lnkzcbs-200992


Publié le : 14/4/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Faut-il se méfier de sa conscience ?
Zoom

Comment définir la conscience dans un premier temps si ce n'est que c'est la faculté de l'homme lui permettant de s'appréhender comme sujet par rapport au monde et de faire retour sur lui-même, en d'autres termes, nous prenons conscience de nos actes, pensées et sentiments lorsque nous devenons spectateurs de ces mêmes actes, pensées et sentiments ; la prise de conscience nous permet un recul que la pensée ne nous propose pas, autrement dit la conscience c'est « se représenter de que l'on pense «. Elle unifie et rassemble nos expériences et nos connaissances et semble donc au premier abord aller de pair avec la connaissance de soi. C'est dans ce cas qu'elle nous permet ainsi de faire un retour sur soi. Elle joue alors à la fois un rôle moral et un rôle fondamental dans la liberté humaine, puisqu'elle nous permet d'accéder à une nouvelle forme de connaissance, qui s'explique notamment par l'étymologie du mot conscience, cum scienta, l'ensemble des connaissances ; de soi-même mais aussi du monde.
Le sujet laisse entendre qu'on devrait se méfier de sa propre conscience, mais pourquoi ? Se méfier c'est ne pas accorder sa propre confiance. La question, en effet, est surprenante, elle nous invite à prendre du recul sur le jugement que le sujet que l'on est, a sur lui-même. Car c'est bien la conscience qui fait de nous des sujets, nous apporte une connaissance sur le monde et sur nous-mêmes, c'est elle également qui nous inculque les règles morales comme la distinction entre le bien et le mal, alors quel intérêt à douter de celle-ci ? Signifierait-il que nous, sujets, faisons preuve d'un « trop « subjectif dans notre jugement et ainsi que celui-ci serait « faussé « par l'illusion dans laquelle nous croyons percevoir les choses telles qu'elles sont ? En tant que connaissance du monde et de soi, la conscience, nous tromperait-elle alors sur ce que nous sommes et ce que nous pensons ? D'un côté la conscience apporte un regard neutre de l'esprit, transparent au sujet lui-même. Cependant d'un autre côté on apprend par expérience que la conscience peut nous tromper ; nos jugements et visions du monde peuvent être pleines d'erreurs. De plus on se ment souvent à soi-même, laissant parler notre ego. La conscience est donc à la fois une source de connaissance et une source d'illusions. D'autant plus que, par quoi va t-on se méfier de sa propre conscience sinon par cette conscience même ? Le sujet, par là, semble très équivoque, et assujetti à diverses confusions.
Pour ce, nous verrons en quoi il serait irrationnel de se méfier de sa conscience, puisqu'elle constitue le socle de notre humanité mais cependant, qu'elle semble porter bien des failles qui nous mèneraient à douter de celle ci.
 
La question est en effet réellement troublante. Spontanément nous aurions plutôt tendance à répondre que la conscience est le meilleur outil de la connaissance de soi, car la conscience est bel et bien cette faculté au fondement même de la constitution du sujet. Par la possibilité de faire retour sur elle-même, elle est conscience de soi, autrement dit, l'homme va pouvoir s&rsquo;appréhender comme une identité unique, un soi. C'est là toute l'épreuve du passage de la 3ème personne du singulier à la 1ère personne chez l'enfant que Kant expose dans son Anthropologie.... En utilisant la première personne du singulier -le « je «, je me différencie du monde et j'affirme mon identité personnelle. Cela me permet ainsi de me poser en tant que sujet face à un objet. La conscience est en ce sens au fondement de la liberté humaine, elle permet en effet de sortir de certain...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2834 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il se méfier de sa conscience ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit