NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il chercher a se connaitre soi-même ? PEUT-ON ÉCHAPPER AUX ILLUSIONS DE LA PERCEPT ... >>


Partager

faut il se méfier de l'évidence?

Philosophie

Aperçu du corrigé : faut il se méfier de l'évidence?



Publié le : 11/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	faut il se méfier de l'évidence?
Zoom

▪ Doit-on adopter, à l’égard des choses qui nous semblent évidentes, cet état d’esprit qu’on appelle la méfiance ?

Si le devoir est une règle par laquelle on s’oblige, on doit avoir des raisons de s’obliger ainsi ; d’où cette question : quelles seraient les raisons qui nous obligeraient à adopter, à l’égard de l’évidence, un tel état d’esprit ?

On doit travailler à la mise au jour de ces différentes raisons. Ce qui implique que nous distinguions différents types d’évidences – puisque les raisons qu’on aura d’en douter seront également différentes :

-         l’évidence sensible, fondée sur notre expérience sensible (on trouve, chez Descartes, différentes raisons qui nous oblige d’être méfiant à leur égard comme, par exemple, le fait que de telles expériences nous ont tous déjà trompés un jour – mirage, illusion d’optique, etc.) ;

-         l’évidence fondée sur l’habitude, le préjugé, c’est-à-dire un jugement, une idée que l’on accepte sans la remettre en cause (par exemple : « ‘les hommes politiques sont corrompus «) ;

-         l’évidence fondée sur l’autorité (que celle-ci soit religieuse ou scientifique) ; il s’agit du « tenu-pour-vrai « d’une époque (par exemple, on a longtemps tenu pour vrai que la terre était au centre de l’univers) ;

-         l’évidence rationnelle (par exemple : 2+2 = 4 )



« Les idées qui sont claires & distinctes ne peuvent jamais être fausses « dit Spinoza. Descartes écrit de son côté : « Et remarquant que cette vérité : je pense donc je suis était si ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes suppositions étaient incapables de l'ébranler, je jugeais que je pouvais la recevoir, sans scrupule, pour le premier principe de la philosophie.... Après cela je considérai en général ce qui est requis à une proposition pour être vraie et certaine, car puisque je venais d'en trouver une que je savais être telle, je pensais que je devais aussi savoir en quoi consiste cette certitude. Et ayant remarqué qu'il n'y a rien du tout en ceci : je pense donc je suis, qui m'assure que je dis la vérité sinon que je vois très clairement que pour penser il faut être : je jugeais que je pouvais prendre pour règle générale que les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement sont toutes vraies. « C'est donc dans l'intuition de l'évidence des idées claires et distinctes que Descartes situe le critère du vrai ; une perception claire de l'entendement étant « celle qui est présente et manifeste à un esprit attentif « et « distincte, celle qui est tellement précise et différente de toutes les autres, qu'elle ne comprend en soi que ce qui paraît manifestement à celui qui la considère comme il faut. « (« Principes «, I, 45). [Sur l'évidence, les préjugés...] Cette conception de la vérité peut être dangereuse. Car l'évidence est mal définie. Nous éprouvons un sentiment d'évidence, une impression.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2657 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " faut il se méfier de l'évidence? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit