NoCopy.net

Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas" ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il une actualité du passé ? Les devoirs de l'homme varient-ils selon les ... >>


Partager

Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas" ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas" ?



Publié le : 28/7/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Que faut-il penser de cette affirmation:
Zoom

L’homme est le seul étant conscient de sa finitude, il sait que sa propre mort est inéluctable, ce n’est qu’une question de temps. Comment l’homme peut-il composer avec un tel savoir ? Schématiquement nous pouvons distinguer deux types de conduites : soit, ainsi que Pascal l’a souligné, l’homme s’adonne au divertissement et vit dans l’oubli de la mort ; soit il adopte une conduite de vie prudente, voulant retarder sa propre mort autant qu’il est possible. Certes, ce sont là deux caricatures, dans une vie un même homme oscille entre ces deux genres de comportements, se tenant généralement à mi-chemin entre une vie vécue dans l’inconscience de la mort et une vie vécue à l’ombre de la mort. Que penser de l’affirmation « Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas « ?



  III- La société contemporaine face à la mort.               Si l'on peut accorder quelque valeur de vérité à l'énoncé examiné nous pouvons également émettre quelques réserves, cela au regard des normes actuelles face au problème de la mort. Il semble que de nos jours les comportements sociaux témoignent d'une normativité de plus en plus attachée à nous rendre attentifs aux risques liés aux comportements morbides. En une seule année sont apparues les publicités avertissant les téléspectateurs de ne pas consommer trop de produits gras et l'interdiction de fumer dans les lieux publics, ces normes d'hygiènes s'accompagnent d'un intérêt croissant depuis quelques années pour des problèmes éthiques sur la légalisation de l'euthanasie. S'il il y a un inconscient collectif d'immortalité il apparaît de plus en plus menacé.             Or, la remarque est classique, l'impératif de prudence affiché par la pensée contemporaine à l'égard des comportements à risques, témoigne à son tour d'une conduite morbide. La préoccupation de la santé est bien souvent un symptôme pathologique, Canguilhem l'affirme avec force dans les dernières pages des Nouvelles réflexions sur le normal et le pathologique : être en bonne santé c'est être capable de tomber malade, l'homme sain est celui à même de faire l'épreuve de la maladie. La valeur de vérité de l'énoncé trouve donc des résistances, les normes de la collectivité tendent bien plutôt à convaincre l'homme de sa fragilité, lui rappelant, au travers d'exigences sociales, qu'il est un être mortel.             Sans condamner la tournure des normes sociales il faut néanmoins les interroger : la responsabilisation des comportements dont on parle n'est-elle pas parfois davantage une infantilisation ? Faire de la mort une question sociale n'est-ce pas encore se tromper sur elle en tant qu'elle est bien plutôt une épreuve singulière pour chaque individu ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas"	? Corrigé de 1267 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas" ?" a obtenu la note de : aucune note

Que faut-il penser de cette affirmation: "Nous savons que nous sommes mortels, mais nous ne le croyons pas" ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit