LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'homme a-t-il nécessairement besoin d'un ma ... détruisez la cave Ignorance,vous détruisez l ... >>


Partager

Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître?



Publié le : 29/1/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître?
Zoom

Parties du programme abordées :
 - Le pouvoir.
 - Le désir (chez Hegel).
 - Autrui.
 - La violence.
 
 Analyse du sujet : L'obéissance acceptée peut-elle être une école d'autonomie et nous faire accéder à notre essence spirituelle authentique ? Faut-il être passé par la servitude pour atteindre véritablement son autonomie ?
 
 Conseils pratiques : Commencez par cerner le sens des concepts avec suffisamment de précision. En particulier, le sens donné à l'expression quelqu'un peut orienter la problématique. Un plan dialectique est souhaitable : A) Il faut reconnaître un maître pour parvenir à la conscience de soi ; B) Mais cette reconnaissance n'est-elle pas soumission et servitude ? C) Les idées de loi universelle et de volonté générale apportent la synthèse dans la reconnaissance mutuelle.


[Introduction]

[I. Le maître n'est maître que par une reconnaissance libre.]

[1. La contrainte ne rend pas maître.]

[2. La reconnaissance fait le maître.]

[3. La liberté ne se reconnaît pas de maître.]

[II. La pensée se reconnaît-elle des maîtres ?]

[1. La pensée ne se reconnaît pas de maître.]

[2. Le maître nous guide.]

[3. Le maître nous libère.]

[III. Nous ne devenons libres que par le maître.]

[1. La relation du maître au disciple précède la reconnaissance.]

[2. Le maître fait accéder chaque individu à son individualité.]

[3. Le maître est-il un «sauveur«?]

[Conclusion]
 

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5272 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit