LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il s'opposer à l'opinion ? Faut-il souhaiter le consensus ? >>


Partager

Faut-il souffrir pour mieux connaître et se connaître ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il souffrir pour mieux connaître et se connaître ?



Publié le : 18/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Faut-il souffrir pour mieux connaître et se connaître 	?
Zoom

Nous nous interrogeons sur la souffrance et son rôle dans la connaissance de soi. Faut-il souffrir pour se connaître et se connaître mieux ? La connaissance de soi est-elle source de souffrance ? La souffrance joue-t-elle un rôle dans la constitution et dans le progrès de cette connaissance particulière ?

En première analyse, ne semble-t-il pas qu'il ne faille justement pas souffrir pour connaître puisque la souffrance en monopolisant l'esprit et le corps tout entier vers son apaisement empêche l'activité de connaissance qui demande calme et sérénité ? Si il semble que le corps souffrant est d'autres préoccupations que le connaître, en ce sens la souffrance ne serait-elle pas l'ennemi de toute connaissance ?

Mais pour autant, la connaissance de soi, en tant qu'elle prend comme objet un objet singulier qui est en même temps le sujet connaissant, ne semble-t-elle pas une connaissance nécessairement douloureuse et souffrante ? Si sans doute, car objectiver un sujet, pour le connaître est en soi une forme de violence, mais s'objectiver soi semble encore plus douloureux et complexe.

Ne serait-ce alors que la connaissance de soi est une activité qui dans la souffrance même trouve la résistance du sujet contre son objectivation qui constitue notre moi profond ? La souffrance et la résistance rencontrées dans cette activité signalent qu'il y a plus à connaître que le simple « je « qui est comme la surface d'un étang d'une profondeur infini. Le « connais toi toi même « ne serait-il pas  le programme douloureux de tout vie humaine ? C'est ce que nous tenterons de comprendre en dernier lieu.



Transition : La connaissance de soi nécessite-t-elle la souffrance ?   2 . La connaissance de soi fait souffrir le sujet, qui veut se connaître et ne peut se laisser objectiver sans résistance. a) Du point de vue du sujet, chercher à se connaître ne devrait pas poser de problèmes, en effet le sujet est un être connu et identifié, libre et donc responsable de ses actions qui s'organise selon les lois de la raison. b) Mais en lui, parfois, agit et parle quelque chose qu'il ne peut identifier comme lui-même. Ce quelque chose le pousse à commettre des actes que sa raison réprouve, des actes qu'il ne voulait pas et dont il ne peut s'empêcher. (ex. : Le lapsus, l'acte manqué, la pulsion...) c) Cet inconscient qui résiste à l'organisation rationnelle de la subjectivité, qui résiste au « je » pensé qui peut revendiquer ses actions comme siennes parce qu'il les a choisit pose la limite de la connaissance de soi, la limite de la définition consciente de soi-même. Il s'impose quand la raison tend à le poser et ruine ses efforts pour s'organiser en sujet rationnel, pour se connaître comme on connaît un autre objet.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1468 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Faut-il souffrir pour mieux connaître et se connaître ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit